(VIDEO) Contournement nord d’Annecy : la deuxième phase des travaux lancée

La phase 2 de l’opération s’étalera sur un peu moins de trois ans et concernera une portion de 2,4 kilomètres.
La phase 2 de l’opération s’étalera sur un peu moins de trois ans et concernera une portion de 2,4 kilomètres.

Comment désengorger le trafic routier sur deux des axes les plus empruntés du département (la RD 3508 qui va d’Annecy à Épagny et la RD 1508 qui relie Épagny à Sillingy) ? Ce casse-tête, les collectivités locales que sont le Département et le Grand Annecy ont commencé à le résoudre il y a plusieurs années en imaginant un scénario d’élargissement des voiries précitées. Entrée dans sa phase de réalisation il y a huit mois avec la reprise de l’échangeur de Gillon, cette opération est entrée dans sa phase 2 jeudi 24 octobre. La troisième, elle, sera lancée le 7 novembre.

En quoi consiste cette deuxième phase ?

Alors que la phase 1 se concentrait sur l’échangeur de Gillon, qui distribue la circulation à l’interface de Meythet, Poisy et Épagny, la phase 2 est plus étalée dans l’espace. Elle va en effet de la barrière de péage d’Annecy Nord, située à Pringy, au fameux échangeur de Gillon. Soit une distance de 2,4 kilomètres.

Sur ce tronçon, quatre opérations d’envergure vont être conduites : le doublement des voies le long de l’aéroport (elles vont passer de 2x1 à 2x2 voies), l’élargissement du viaduc du Viéran (qui va lui aussi passer en 2x2), le déplacement du rond-point situé à l’entrée d’Epagny-Metz-Tessy (côté nord) et la simplification de la barrière de péage de Pringy.

L’opération délicate : l’élargissement du viaduc du Viéran

Parce qu’il s’agit d’un ouvrage suspendu, l’élargissement du viaduc du Viéran s’annonce d'ors et déjà comme une manœuvre délicate. « Les travaux respecteront l’architecture de l’ouvrage existant, composé de métal et de béton, assure Denis Duvernay, vice-président du Département en charge des infrastructures routières. Ils consisteront à réaliser deux culées et trois piles, à assembler sur place la charpente métallique qui sera mise en place par lançage et à réaliser enfin le tablier en béton ainsi que la superstructure. »

L’opération attendue : la simplification de la barrière de péage et du giratoire attenant

Chaque personne qui se rend à Annecy en voiture en convient : sortir de l’autoroute à Annecy Nord et s’enquiller la double lunette péage-hôpital fait perdre un temps précieux. Pour réduire la densité du flux à cet endroit stratégique, il est prévu trois choses. « D’abord, annonce Sébastien Gruffaz, responsable des routes du conseil départemental, nous allons créer une voie supplémentaire pour entrer sur l’autoroute. Aujourd’hui il y a deux voies pour sortir de l’A41 et entrer dans l’agglomération et une voie dans l’autre sens, demain, il y en aura deux et deux. » « Ensuite, reprend l’ingénieur, nous allons créer deux shunts qui inviteront les gens à ne pas s’engager dans le giratoire. »

Le premier autorisera une sortie rapide de la barrière de péage vers Epagny-Metz-Tessy, le second permettra aux automobilistes venant de Pringy d’accéder à cette même barrière sans traverser le rond-point.

Vers une voie en site propre ?

Parce que le futur passera par les transports en commun, il est également prévu, à un horizon par encore défini, de profiter de tous ces élargissements pour créer du site propre sur ce tronçon stratégique. « Un jour ou l’autre, on aura forcément un dispositif intelligent à cet endroit », assure René Désille, vice-président du Grand Annecy en charge des transports.

Un peu moins de trois ans de travaux

Voici le calendrier prévisionnel des principales opérations de ce chantier :

- Simplification de la barrière de péage :entre octobre 2019 et septembre 2020,

- Elargissement du viaduc du Viéran :entre mars 2020 et mars 2022,

- Doublement de la section routière :entre juin 2020 et juin 2022.

37 millions d’euros de travaux

Opération financée à 50 % par le Département de la Haute-Savoie et 50 % par l’agglomération du Grand Annecy, la phase 2 du contournement nord d’Annecy coûtera 37 millions d’euros (1 million pour les études et 36 pour les travaux).