Bellegarde : une boutique de seconde main va ouvrir, tenue par le Secours Populaire !

Les articles seront des «
pièces uniques
»
! En effet, par exemple, un pantalon sera disponible en un seul exemplaire, et donc en une seule taille.
Les articles seront des « pièces uniques » ! En effet, par exemple, un pantalon sera disponible en un seul exemplaire, et donc en une seule taille.

L e principe est celui d’une friperie », annonce Suzanne Rot, responsable de l’antenne bellegardienne du Secours Populaire. Sur les étagères de cette nouvelle boutique qui se situera 2 rue de la République, des vêtements de tous styles, pour tous les âges, pour tous les genres, mais également des livres, des jouets et quelques meubles. Les prix n’y seront pas très élevés. « Ce n’est pas comme un autre commerce où il faut faire de l’argent, explique la responsable. L’argent récolté servira à financer d’autres actions de solidarité comme les vacances enfants ou les factures de famille, médicaments non remboursés… »

Pour qui ?

Le Secours Populaire possède des locaux en ville haute, avenue du Maréchal-Leclerc, où sont également vendus à des prix symboliques, entre autres, des habits. Mais selon la bénévole et membre du bureau Nicole Pochet, « des tas de gens n’osent pas venir acheter ici. Ou par honte ou parce qu’ils ont l’impression d’en profiter, de prendre des choses à des gens qui en ont plus besoin qu’eux ». Le magasin du centre-ville, elle l’assure, « ça sera différent. C’est une sorte de friperie donc on ne se sent pas aidés ». Nul besoin d’être dans le besoin pour venir dans cet établissement. Ici, tout le monde sera le bienvenu !

« Les gens seront plus à l’aise en bas, dans une boutique placée entre une boucherie et un bijoutier, qu’ici, commente Annie Tournier également bénévole et membre du bureau. Ici c’est connoté, on est dans un immeuble HLM et les gens ont peut-être peur qu’on pense qu’ils viennent chercher de la nourriture alors qu’ils viennent voir les pantalons  ».

Le recyclage, la seconde main, on le sait, sont des concepts qui ont le vent en poupe ! Suzanne Rot et son équipe avaient en tête le principe de boutique de la solidarité depuis bien longtemps.

Un concept dans l’ère du temps

Mais heureux hasard pour eux, l’occasion de concrétiser cette idée se présente au moment même où les consciences écolos se développent. « On pense que la boutique tombe au bon moment, où on parle de préserver la nature, d’acheter moins de choses neuves, confie Suzanne Rot. On se donne un an pour voir si ça va fonctionner  ».

Compenser une baisse de dons financiers…

Durant notre entretien avec l’équipe du Secours Populaire, deux donateurs sont venus toquer à la porte du bureau. Le premier, pour un don de meuble. Le second, pour un don imprévu de 65 plateaux-repas préparés par un traiteur et initialement prévus pour une entreprise qui ne les a finalement pas pris. Des dons matériels et alimentaires indispensables, certes, mais qui ne font pas tout. « Côté finance, on avait des donateurs extrêmement généreux qui nous faisaient de beaux chèques. Des personnes, qui plus est, engagées. Malheureusement, elles meurent et les aides qu’ils nous apportaient aussi  » indique la responsable de l’antenne de Bellegarde du Secours Populaire. Pour l’association, au-delà d’une réelle envie de donner naissance à un projet longuement réfléchi, la future boutique est un moyen de compenser ces dons. Suzanne Rot rappelle : « Les acheteurs dans la boutique pourront faire des dons, mais il n’y a évidemment aucune obligation ! »

Sur 2019, 155 foyers équivalents à environ 400 personnes ont été aidés par le Secours Populaire.