Collégienne brûlée à Seynod : l’agresseuse présumée va bientôt être jugée

Le procès de l’adolescente accusée d’avoir mis le feu à une autre élève du collège Le Semnoz à Seynod, le 24 mai 2017, se tiendra en janvier 2020 devant le tribunal pour enfants d’Annecy.
Le procès de l’adolescente accusée d’avoir mis le feu à une autre élève du collège Le Semnoz à Seynod, le 24 mai 2017, se tiendra en janvier 2020 devant le tribunal pour enfants d’Annecy.

Le procès d’une affaire d’une violence inouïe, qui avait traumatisé le collège Le Semnoz à Seynod (Annecy) en 2017, aura lieu en 2020. Le 24 mai de cette année-là, une élève de Troisième, âgée à l’époque de 14 ans, avait été aspergée d’un liquide inflammable par une camarade de 15 ans, qui lui avait ensuite mis le feu dans la cour de l’établissement durant la récréation.

Selon les informations de l’Essor Savoyard, ce dossier sera jugé le lundi 20 et le mardi 21 janvier 2020 devant le tribunal pour enfants d’Annecy. L’audience se déroulera avec une publicité restreinte, aucun média n’y sera autorisé.

Mise en examen pour tentative d’assassinat

Il y a deux ans, l’agresseuse présumée avait été mise en examen du chef de tentative d’assassinat et placée en détention provisoire dans un établissement pénitentiaire pour mineurs. Son acte aurait été prémédité à la suite d’un conflit qui l’opposait à la victime depuis la rentrée. Les deux jeunes filles s’étaient d’ailleurs battues quelques semaines auparavant.

Lors de l’enquête, confiée à la brigade de recherches de la gendarmerie d’Annecy, la collégienne mise en cause avait reconnu les faits. La radio RTL avait aussi diffusé au moment de l’affaire des témoignages de la mère et de la sœur de l’accuséequi, selon elles, aurait été victime de harcèlement.

« Conséquences sévères »

Le pronostic vital de la victime avait été engagé au moment de la violente agression. En janvier 2018, la procureure de la République d’Annecy, Véronique Denizot, avait apporté à l’Essor des précisions sur son état de santé.

« Elle est sortie de l’hôpital et elle se porte aussi bien qu’elle le peut. D’un point de vue médical, sa situation reste compliquée et cette agression va avoir sur elle des conséquences sévères puisqu’elle va sans doute devoir subir de nombreuses greffes de peau. »