Nantua : une nouvelle équipe pour l’école des arts et musique

Le président Maxime Bunsacerdoce et la vice-présidente Valérie Morosi.
Le président Maxime Bunsacerdoce et la vice-présidente Valérie Morosi.

Un nouveau bureau est en place depuis le 5 septembre dernier. Vous avez été élu président. Pourquoi avoir décidé de vous engager pour l’école de musique ?

C’était un concours de circonstances… Depuis le mois d’avril dernier, nous, parents d’élèves et par cette qualité adhérents à l’association qui pilote l’école des arts et musique du Haut-Bugey, avions à plusieurs reprises été conviés à des réunions d’information sur le devenir de l’école en situation budgétaire déficitaire.

Avec la démission de l’ancien bureau le 3 juin dernier, les contours de cette option d’arrêt d’activités s’affirmaient nettement. Surtout que notre expert-comptable nous le recommandait !

L’offre d’engagement au sein du nouveau bureau de Valérie Morosi m’a alors stimulée pour la rejoindre, puis Thaï Hy-Siêu est venu, persuadé qu’en manœuvrant ensemble certains leviers non actionnés par le bureau démissionnaire, nous parviendrons à rendre à l’école sa splendeur et quiétude habituelle.

Comment s’est passée cette rentrée à l’école des arts et de musique ?

Nous avons transformé la journée Portes Ouvertes de pré-inscription en journée Portes Ouvertes d’inscription avec la mise en place d’un nouveau formulaire d’enregistrement.

Organisée le samedi 14 septembre dernier, la journée a connu un succès tel que nous avons enregistré près de 50 % de l’effectif de l’année dernière.

Les inscrits ont pour la plupart réglé en une seule fois leur cotisation annuelle.

En un mot, parents et professeurs se sont tous accordés pour le succès de cette nouvelle année et sont disposés à nous prêter main-forte malgré des mesures impopulaires annoncées, comme le réajustement des tarifs à la hausse.

Vous avez prévu de nouvelles actions au cours de l’année. Quelles sont-elles ?

L’essentiel de nos actions cette année tient en trois lettres : la com ! La communication a été la partie cachée de l’iceberg totalement inexploitée et négligée auparavant.

Nous créons deux groupes d’actions qui impliquent tous les adhérents : un groupe finances (sponsoring, partenariat, parrainage, subventions…) et un groupe activités chargé de produire diverses actions culturelles (concert, expo, théâtre…) et commerciales (fêtes, tombola, loto…).

Nous restons convaincus que le succès de cet engagement tient dans l’implication de tous dans un esprit de transparence, de joie et de bonne humeur.

De nouvelles disciplines enseignées dès le plus jeune âge

Quelles sont les disciplines enseignées aujourd’hui à l’école de musique ?

L’analyse de l’historique des inscriptions démontre la dimension de l’école à pouvoir proposer plus d’une vingtaine de disciplines variées.

Au cours de l’année 2018-2019, l’école n’a proposé que dix classes alors que depuis une dizaine d’années, sa moyenne était de douze à 13 classes. Cette négligence explique en partie le malaise financier dans lequel l’école s’est noyée.

Ce qui importe d’observer est la constance de dix enseignements dont l’Eveil musical, la Formation musicale, le Piano, le Violon, la Guitare, la Flûte, le Chant, la Danse, le Théâtre et les Arts plastiques au programme chaque année depuis 30 ans.

Et quelles sont les nouvelles disciplines nouvellement créées ?

La nouveauté cette première année de notre mandat consistera en la restructuration de l’existant.

Nous avons décidé de rouvrir les classes de danse dont une nouvelle de style chorégraphique.

Nous proposons maintenant l’Eveil musical pour les tout-petits dès l’âge de trois ans plutôt que de cinq ans actuellement.

Pour une meilleure qualité de formation et un meilleur équilibre budgétaire, nous allons éviter de proposer les cours instrumentaux individuels seuls sans couplage aux cours collectifs de formation musicale.

Nous voulons aussi structurer certains enseignements instrumentaux en collectifs.

Enfin, nous développons le cours de batterie introduit il y a un an et demi.