Plus de 200 millionnaires et milliardaires demandent à être plus taxés et dès maintenant

200 millionnaires et milliardaires réclament d’être plus taxés, dès maintenant.
200 millionnaires et milliardaires réclament d’être plus taxés, dès maintenant. - Unsplash

Ont-ils, les dirigeants mondiaux réunis au Forum de Davos en ce moment, été surpris par l’appel des millionnaires et milliardaires de la planète ? L’histoire ne le dit pas, comme il n’est dit nulle part quels sont réellement dans l’affaire, les intérêts de ces derniers.

Plus et dès maintenant

Toujours est-il qu’ils ont été destinataires d’une lettre intitulée « In tax we trust » signée par plus de 200 des plus riches du monde (dans 13 pays dont deux en France), réclamant dès maintenant, une augmentation de leurs taxes. « le fondement d’une démocratie forte est un système fisacal équitable ». « Pour faire simple, restaurer la confiance nécessite de taxer les riches. Le monde – chaque pays qui en fait partie – doit exiger que les riches paient leur juste part. Taxez-nous, les riches, et taxez-nous maintenant ».

Une question de confiance et de bon sens

Déplorant dans leur requête, le fossé qui se creuse, avec déficit de confiance, entre eux les plus riches, les élites et le reste de la population mondiale : «  Pour notre bien-être à tous, riches et pauvres, il est temps de faire face aux inégalités et de choisir de taxer les riches. Montrez aux gens du monde entier que vous méritez leur confiance ».

Le site Oxfam qui diffuse la lettre, rapporte quelques réflexions de riches. « Dans un monde où la fiscalité est devenue injuste, pourquoi les gens devraient-ils avoir confiance ? C’est à eux qu’on demande de payer la facture de la crise du Covid et du sous-investissement dans les services publics, alors que les plus riches voient leur richesse et leur confort continuer à augmenter. Pour notre bien-être à tous, riches et pauvres, il est temps de corriger les erreurs d’un monde inégalitaire. Il est temps de taxer les riches », pour Gemma McGough, entrepreneuse britannique et fondatrice de l’association Patriotic Millionaires au Royaume-Uni.

« Il est impossible de défendre un système qui fait sans cesse gonfler la richesse des personnes les plus riches du monde tout en condamnant des milliards de personnes à la pauvreté, alors qu’on peut l’éviter. Nous avons besoin d’un changement profond et systémique et cela commence par taxer les riches comme moi. » pour Morris Pearl, ancien directeur général de Blackrock et président des Patriotic Millionnaires.

La réalité des riches toujours plus riches

Et Oxam France, dont la directrice générale n’est autre que Cécile Duflot, d’annoncer : « En France, plus de 120 000 personnes possèdent un patrimoine supérieur à cinq millions de dollars. Tout en haut de l’échelle, Bernard Arnault est désormais l’homme le plus riche au monde. taxer la fortune des milliardaires français à hauteur d’à peine 2 % permettrait de financer le déficit attendu des retraites ».

« Portées par la flambée des cours de Bourse, les grandes fortunes se sont envolées au cours des dix dernières années : sur 100 dollars de richesse créée, 54,4 dollars sont allés dans les poches des 1 % le plus aisés, tandis que 70 centimes ont profité aux 50 % les moins fortunés, constate l’ONG. Les milliardaires ont doublé leur fortune, tout en étant de plus en plus nombreux, affirme Oxfam », indique Libé dans son article sur le sujet.

« En France, les dix premiers milliardaires français ont augmenté leur fortune de 189 milliards d’euros rien que depuis le début de la pandémie, et Bernard Arnault, l’homme le plus riche du monde, possède une fortune équivalente à 20 millions de Français », toujours selon Oxam et rapporté par Libé.

Ce qui fait dire à Oxam : « La concentration extrême des richesses mine la croissance économique, corrompt les politiciens et les médias, corrode la démocratie et augmente la polarisation. Les inégalités sont une menace existentielle pour nos sociétés, paralysant notre capacité à endiguer la pauvreté, et mettent en péril l’avenir de la planète ».

L’organisation française proposant alors des mesures concrètes pour solutionner cette problématique. Entre autres : un impôt exceptionnel sur la fortune, une taxe sur les dividendes, et une hausse de l’imposition sur les revenus du travail et du capital des 1 % les plus riches.