Un fœtus et des organes découverts dans un laboratoire abandonné depuis vingt ans

Des organes humains auraient longtemps été laissés à l’abandon dans un laboratoire désaffecté du Val-de-Marne.
Des organes humains auraient longtemps été laissés à l’abandon dans un laboratoire désaffecté du Val-de-Marne. - Pexels

Des restes humains ont été découverts dans un laboratoire de recherches désaffecté, situé dans l’enceinte de l’hôpital Émile-Roux, encore en activité. Depuis une vingtaine d’années, de supposés organes humains – cerveau, cœur, foie, poumon et même un fœtus – resteraient entreposés dans ce lieu à l’abandon.

Comme le révèle une enquête du Parisien, la découverte a été faite par Ben, un Britannique de 35 ans passionné d’urbex, de l’exploration urbaine dans des lieux abandonnés généralement interdits d’accès. Cette ancienne morgue étant un spot connu par les « explorateurs », d’autres ont dû faire le même constat avant lui.

Un site « peu surveillé »

Ce lieu est surnommé par certains « Morgue de la cervelle ». Selon plusieurs vidéos visionnées et révélées par Le Parisien, tout est laissé à l’abandon, des outils, des piles de documents, mais aussi un cerveau desséché, posé à même la table, des poumons dans un bocal étiqueté « 1986 », et plus choquant encore un fœtus humain « à un stade de développement avancé ».

La première fois que Ben met les pieds dans ce lieu, c’est en octobre 2020. « Jamais, en quatre ans d’urbex, je n’étais tombé sur un truc pareil », témoigne-t-il. Le Britannique y retourne deux ans plus tard, en juin 2022, et tout était encore là. C’est à ce moment qu’il décide de filmer son exploration.

Le site étant peu surveillé, il est très facile d’accéder à l’intérieur de ce laboratoire abandonné, selon Ben. Auprès du Parisien, il affirme qu’il a contacté l’hôpital Émile-Roux : « Je me suis dit : si le bâtiment est dépouillé par des personnes mal intentionnées, que vont devenir ces organes ? ». Son mail est resté sans réponse.

« Le respect au corps humain ne cesse pas avec la mort »

L’état de négligence dans lequel sont laissés ces supposés restes humains pose question. « Je pense qu’un établissement qui laisse des restes humains à l’abandon et dans un tel état de négligence ne peut qu’avoir affaire à la justice à un moment donné », souligne Pierre Le Coz, membre de l’Académie de médecine et spécialiste en éthique, en citant l’article 16-1-1 du Code civil.

Interrogé par Le Parisien, le directeur du site Jean-François Besset explique avoir découvert, « au hasard d’une effraction » en mai 2022, que l’ancienne morgue et son matériel n’avaient pas été complètement nettoyés. D’après lui, tout a été retiré par la suite. Le service de communication des Hôpitaux Universitaires Henri-Mondor a par ailleurs nié la présence d’un fœtus au sein du site.

Seulement, nos confrères insistent : les images ont été formellement authentifiées et les plus récentes, montrant notamment la présence d’un cœur et du fœtus, datent du 1er et du 6 janvier derniers.