Albertville : une cave à vin à l’écoute des particuliers et des professionnels

Pour comprendre comment fonctionne DiotVino, il faut d’abord écouter l’histoire de son créateur : Franck Merloz. Initié par son père à l’œnologie, le chef d’entreprise approfondit ses connaissances grâce à son premier métier : informaticien. Curieux ? Pas tant. Au hasard d’une rencontre, il conçoit en 2003 le site internet d’un sommelier collaborant avec un pépiniériste viticole. Des affinités se nouent et, livre-t-il « Cette discipline a pris de plus en plus d’importance dans ma vie, l’intérêt s’est transformé en passion. Je suis devenu influenceur avec la création, notamment, d’un blog sur les vins de Savoie »

A l’époque, Franck Merloz habite Annecy. L’idée de la cave à vins le titille, mais la concurrence est déjà rude : « C’est en revenant dans ma ville d’origine, à Saint-Jean-De-Maurienne, que l’opportunité se présente. La dernière cave avait fermé en 2013 et la seule qui existait œuvrait essentiellement pour les professionnels » Il lance Diotvino en 2018, avouant avec lucidité : « La difficulté n’était pas de finaliser mon projet mais de le faire vivre et de le rentabiliser »

« Notre identité, c’est le conseil »

Au service de sa clientèle, il met à disposition son savoir-faire : « A l’époque, la pub Nutella affirmait que 20 ans d’expérience feraient toujours la différence. En tant qu’influenceur, je disposais d’une très bonne connaissance du vignoble savoyard et avais eu l’opportunité de parcourir la France et le monde à la rencontre de vignerons et de sommeliers amoureux de leur métier. Cette expérience nourrit ma philosophie : dans ma cave, je ne cible pas des vins, mais ceux qui le fabriquent et que je connais personnellement. Avant de m’installer à Albertville, j’ai fait une étude de marché. Si Syrah & Co officiait encore, jamais je n’aurais ouvert car nous fonctionnions avec le même état d’esprit. Notre identité, c’est le conseil. Chaque client est différent, nous ne sommes pas là pour vendre n’importe quoi à n’importe qui. Il faut d’abord écouter et comprendre avant de guider la personne non pas sur les vins que nous préférons, mais sur ceux qui lui correspondront le mieux »

Des associations de vins réfléchies et concertées

Diotvino propose aussi un petit restaurant, 10 couverts avec une carte des vins ouverte : « aux bouteilles présentes dans le magasin ! Même pour les vins au verre, on peut ouvrir quasiment tout ce qui est en rayon ». Avec passion, Franck évoque ces vins savoyards qui s’exportent dans les grandes tables du monde entier ; il marie aussi avec pédagogie les plats qu’il sert à sa table avec des vins. La tartiflette ? « Il ne faut pas un vin du sud, recommande-t-il, on oublie les côtes du Rhône et les Languedoc, la crème et le reblochon ne vont pas avec. Je conseillerai plutôt un blanc léger, fruité juteux comme la Roussette ». On se fait plaisir, on apprend aussi !

Cette attention qu’il accorde aux particuliers, il la met avec la même ardeur au service des professionnels, affirmant : « une belle carte des vins, réfléchie, rapporte gros. A contrario, ne pas s’y intéresser peut coûter cher ! » Quand il reçoit le patron d’un restaurant, il se propose d’étudier sa carte et de l’associer avec les vins les mieux adaptés, ceux qui sauront séduire les clients.

Mais le plus simple en vérité, c’est d’aller visiter Diotvino pour se faire sa propre idée… Au moins une fois par mois, la cave organise des soirées dégustation à thème (vins et fromages pour la dernière, vins du sud-ouest, du monde etc…). Le 18 novembre, Franck Merloz et Noémie vous accueillent pour une dégustation à l’occasion du beaujolais nouveau « avec plein de découvertes autour d’un buffet froid et d’un buffet chaud ».


 

Diotvino
43 place de l’Europe
73200 Albertville
Tel : 09 83 23 88 45

contact@diotvino.fr
diotvino.fr
Instagram
Facebook