Référendums d’annexion en Ukraine : Kiev promet de « liquider » la « menace » russe

Quatre régions séparatistes prorusse d’Ukraine ont annoncé la tenue prochaine de référendums pour intégrer la Russie, mardi 20 septembre.
Quatre régions séparatistes prorusse d’Ukraine ont annoncé la tenue prochaine de référendums pour intégrer la Russie, mardi 20 septembre. - Photo d’illustration - Unsplash

« L’Ukraine va régler la question russe. La menace ne peut être liquidée que par la force », a écrit le chef de l’administration présidentielle ukrainienne, Andrii Yervamk, mardi 20 septembre sur Telegram. Après l’annonce par plusieurs territoires séparatistes prorusses de la tenue prochaine de référendums pour intégrer la Russie, l’Ukraine a dénoncé un « chantage » de la part de Moscou.

Selon Andrii Yermak, « les ennemis ont peur », alors que l’Ukraine reprend des milliers de kilomètres carrés aux forces russes depuis début septembre.

Quatre référendums organisés

Plus tôt dans la journée, les régions séparatistes prorusses de Louhansk et Donetsk, dans le Donbass à l’est de l’Ukraine, ont annoncé l’organisation de référendums pour intégrer la Russie du 23 au 27 septembre. Deux autres régions, celles de Kherson et Zaporijia, au Sud, les ont suivies, en annonçant un référendum aux mêmes dates.

L’intégration de ces territoires à la Russie représenterait une escalade majeure dans le conflit car elle rendrait l’occupation russe légitime. De fait, toute attaque pourrait être considérée comme une agression contre la Russie, ce qui peut faire craindre l’utilisation par Moscou de son arsenal nucléaire.

Le vice-président du Conseil de sécurité de la Fédération de Russie et ancien président russe, Dmitri Medvedev, a soutenu l’organisation de ces référendums, les considérant comme « essentiels » et ajoutant que « l’empiétement sur le territoire de la Russie est un crime nous permettant d’utiliser toutes nos forces de légitime défense ». « C’est pourquoi ces référendums sont tant redoutés à Kiev et en Occident. C’est pourquoi ils doivent avoir lieu », écrit l’ancien président sur Telegram.