Albertville : Dans la vie d’après, Dôme Théâtre et culture se rapprochent plus que jamais des spectateurs !

Le monde artistique en général et le Dôme théâtre en particulier sortent de plusieurs saisons chamboulées par la crise sanitaire. À la déception des annulations et reports s’est jointe une question existentielle: comment préserver sa foi en la culture quand elle est classée non-essentielle ? Paradoxalement, se réjouit Fabienne Chognard, la gravité des débats a suscité des échanges joyeux et fondateurs. «Pour préserver l’énergie et la vie qui caractérisent la culture, il a fallu se remettre en question. Pendant tous ces mois de doute, c’est dans l’échange et la diversité que nous avons construit le projet 2023-2026. Des positions de chacun, nous avons échafaudé un tout. J’ai changé ma méthode de gouvernance avec la conscience aiguë qu’il faut être davantage en interaction avec son environnement proche pour que les choses se passent bien et les gens se sentent plus heureux».

« Il faut désacraliser le lieu et les artistes »

Elle en convient, la crise a rebattu les cartes et le public qui fréquentait le théâtre a changé. Chez les uns, la prudence s’est installée et les spectacles en collectivité ne sont plus une évidence; chez d’autres, souvent des spectateurs plus jeunes, c’est devenu essentiel. «Mais si la tendance nationale est à la baisse en termes de fréquentation, on peut se réjouir de voir la nôtre similaire à celle d’il y a quatre ans en arrière. Nous nous sommes questionnés dans nos manières de faire et de déplacer la culture dans les villages du territoire». La notion de proximité prend tout son sens dans la volonté du Dôme Théâtre de se rapprocher du public, de tous les publics: «Le bâtiment en lui-même est beau, il a une histoire qui peut impressionner les spectateurs, voire les laisser à l’écart. Or la culture, c’est tout sauf ça, elle est ouverte, interactive. Il faut parvenir à désacraliser le lieu comme la relation aux artistes qui sont des gens comme vous et moi. En réalité, le sacré, c’est ce lien que l’on parvient à créer entre les gens et les artistes».

Et dans cette dynamique, nulle surprise de l’entendre assurer: «Nous ne sommes pas des vendeurs de culture à enfiler les spectacles dans un esprit de rentabilité. C’est vrai que les budgets se restreignent, mais cette introspection a permis de susciter un nouvel esprit et ce qui se joue en termes d’équipe est beau à vivre et je l’espère sera communicatif cette saison».

- Saison 2022/2023 : Une programmation qui tutoie les sommets, au propre comme au figuré - 

photo_3_stereo_dca-lahlou_benamirouche.jpg

Pour ouvrir la saison, la dernière création de Philippe Decouflé : Stéréo. (Copyright Lahlou Benamirouche)

1 Un état d’esprit

Avec malice, la directrice détricote le fil rouge de la saison. «Cela peut paraître conventionnel, mais pour le Dôme Théâtre, c’est une grande première: notre programmation sera infusée par l’esprit montagne. L’après-Covid a eu pour effet de confronter les gens comme les artistes au retour à la nature et au respect du vivant. Lors de la présentation de la saison, en éléments de décor, nous avions un piolet, une tente et portaledge. Trois spectacles sur le thème de la montagne ponctueront l’année».

2 Le privilège de l’ouverture

«Nous débuterons, les jeudi 22 et vendredi 23 septembre par la dernière création de Philippe Decouflé: Stéréo. Il s’agit d’une formule hybride entre concert et spectacle où danseurs et chanteurs s’approprient l’espace dans une scénographie complètement dingue. Grâce à notre partenariat avec la ville, nous pourrons proposer ce show deux soirs de suite. C’est la première fois qu’il est programmé en salle et non en extérieur»

3 La star du programme

C’est l’épatante Mélissa Laveaux qui constituera, le jeudi 20 octobre, l’un des grands temps forts de la saison.

Affichée en ouverture du Grand Bivouac, elle propose, commente Fabienne Chognard, «des textes forts, revendicatifs, beaux, intelligents et sensibles. Je suis heureuse de l’accueillir car nous n’avons pas toujours l’occasion de recevoir des artistes repérés».

4 La tendance 2022/2023

« Cette saison, garantit la directrice du Dôme Fabienne Chognard  est le reflet du monde dans lequel on vit. Elle explore les questions que l’on se pose sur la place des femmes, l’accord des cultures entre elles, l’environnement, le territoire. La programmation reste fidèle aux classiques de son répertoire que sont par exemple la danse ou le théâtre classique, mais elle affiche deux spectacles de rap, ce qui est définitivement nouveau ! »

Le Dôme Théâtre
135 Pl. de l'Europe,
73200 Albertville
04 79 10 44 80

dometheatre.com
Facebook
Instagram