Royaume-Uni : Liz Truss est élue Première ministre et succède à Boris Johnson

Liz Truss devient la troisième femme au poste de Première ministre au Royaume-Uni.
Liz Truss devient la troisième femme au poste de Première ministre au Royaume-Uni. - Photo d’illustration - Flickr

Liz Truss a été désignée par les membres du parti conservateur britannique au poste de Première ministre, annonce le parti majoritaire ce lundi 5 septembre. La cheffe de la diplomatie britannique s’est imposée, avec 57 % des voix, face à son ancien collègue des Finances, Rishi Sunak (43 %), selon les résultats dévoilés par Graham Brady, responsable de l’organisation du scrutin interne.

Boris Johnson avait présenté sa démission en juillet, acculé par une vague de départs parmi ses soutiens. À 47 ans, Liz Truss devient la troisième femme au poste de Première ministre dans l’histoire du Royaume-Uni. Son élection sera officialisée mardi, lors d’une cérémonie avec Elizabeth II au château de Balmoral, en Écosse.

L’ancienne ministre des Affaires étrangères, marquée très à droite, a rendu hommage à son prédécesseur, et « ami », Boris Johnson : « Boris, tu as mené à bien le Brexit, tu as écrasé Jeremy Corbyn (son opposant à gauche qui a échoué aux élections générales en 2019), tu as déployé les vaccins dans le pays, et tu t’es élevé contre Vladimir Poutine. Tu es admiré, de Kiev à Carlisle. »

La crise énergétique au cœur de ses préoccupations

Lors de sa campagne, Liz Truss a promis des baisses d’impôts massives face à des ménages très fragilisés par l’inflation – qui atteint 10 % au Royaume-Uni, le plus fort taux de l’Union européenne. Après son élection, elle a assuré devant les Tories, les membres du parti conservateur, qu’elle « [s]’attaquerait à la crise énergétique en [s]’occupant des factures d’énergie des gens, mais aussi en [s]’occupant des difficultés à long terme d’approvisionnement en énergie ».

La nouvelle Première ministre a également promis une « grande victoire  » de son parti lors des futures élections législatives en 2024, qui ne s’annoncent pas de tout repos. Face à la grogne sociale dans le pays, les promesses de Liz Truss pourraient ne pas suffire. D’après un sondage YouGov, 52 % des Britanniques estiment qu’elle sera une mauvaise, voire très mauvaise Première ministre.