Le fournisseur russe Gazprom suspend « complètement » ses livraisons à Engie dès jeudi

Gazprom va cesser ses livraisons de gaz au groupe français Engie dès jeudi 1er septembre.
Gazprom va cesser ses livraisons de gaz au groupe français Engie dès jeudi 1er septembre. - Photo d’illustration

Gazprom ferme le robinet. Le fournisseur de gaz russe a annoncé mardi 30 août qu’il allait suspendre ses livraisons au groupe français Engie à partir de jeudi, en raison d’un non-paiement de celles effectuées en juillet.

« Gazprom Export a notifié Engie d’une suspension complète des livraisons de gaz à partir du 1er septembre 2022, jusqu’au paiement intégral du gaz fourni  », a indiqué le groupe russe dans un communiqué partagé sur son compte Telegram mardi soir.

La raison est peut-être un peu plus floue que cela. Plus tôt dans la journée, Engie annonçait que Gazprom l’avait informé d’une réduction de ses livraisons de gaz, à compter de mardi, « en raison d’un désaccord entre les parties sur l’application de contrats ». Et, d’après les informations du Figaro, le principal fournisseur en gaz de France ne voulait plus payer pour des volumes de gaz qu’il ne recevait plus.

D’autres sources d’approvisionnement

Depuis le début de la guerre en Ukraine, les livraisons de Gazprom pour Engie ont « considérablement diminué  », indique le groupe français, « avec un approvisionnement mensuel récent d’environ 1,5 TWh par mois  », soit 4 % de ses approvisionnements totaux.

Elisabeth Borne, invitée dans l’émission Quotidien sur la chaîne TMC, s’est voulue rassurante mardi soir. Selon elle, le groupe français a déjà « trouvé d’autres sources d’approvisionnement », mais ne précise pas lesquelles.

Un conseil de défense à venir

Dans ce contexte de baisse des sources d’approvisionnement et de hausse massive des prix de l’énergie, Emmanuel Macron tiendra un conseil de défense énergétique ce vendredi. La question de l’approvisionnement en gaz et en électricité en vue de l’hiver sera notamment au centre des discussions.

« L’approvisionnement en gaz et en électricité étant un intérêt vital pour le pays, le Conseil de défense et de sécurité nationale (SDSN) aura pour objectif de faire le point sur la situation ainsi que sur les scénarios envisagés pour se préparer à tous les cas de figure cet automne et cet hiver », a expliqué un conseiller de l’Élysée auprès de l’AFP.