Quelles conséquence a la sécheresse sur les fruits du pays de Cruseilles ?

Dans le pays de Cruseilles, Didier Bunaz (à gauche) écoule la majeure partie de sa production dans ses magasins.
Dans le pays de Cruseilles, Didier Bunaz (à gauche) écoule la majeure partie de sa production dans ses magasins.

C’est l’été de tous les paradoxes. Après la pluie l’an dernier, ce sont cette fois des vagues de chaleur qui ont frappé. Nous avons rencontré trois arboriculteurs qui ont tous, à des degrés différents, commencé la cueillette. Les premiers fruits ramassés sont les poires Williams et Conférence, ainsi que les pommes Delbar Estival et Gala. Cette année, malgré une floraison exceptionnelle au printemps, l’année sera qualifiée de normale en comparaison à l’année dernière où le gel avait fait pas mal de dégâts. Tous déplorent cependant les conséquences liées à la sécheresse et à l’inflation.

Des fruits de petits calibres

Avec des précipitations quasi inexistantes depuis le mois de mai, les fruits ont de la peine à grossir, certaines variétés de poires ou pommes accusant un déficit de poids de 20 à 30 % sur la balance. En contrepartie, la qualité gustative est excellente avec un taux de sucre élevé.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
Pour suivre l'info locale en continu, je m'abonne !
J'en profite
J ACCÈDE À MON ARTICLE EN REGARDANT UNE PUBLICITÉ