Vers : l’abbé Claudius Fournier, un Juste dans la tourmente de la Seconde Guerre mondiale

En 1929, Claudius Fournier devient le curé de Vers : « C'était un homme solide, large d'épaule, avec une tête de paysan. Son visage était énergique, mais plein de bonté. »
En 1929, Claudius Fournier devient le curé de Vers : « C'était un homme solide, large d'épaule, avec une tête de paysan. Son visage était énergique, mais plein de bonté. »

Nous sommes à l’automne 1942, un Juif allemand nommé Wollgräber erre dans la campagne du Genevois. Soudain, il se retrouve face à un gendarme français. Ce dernier, armé, l’interroge. Le réfugié bafouille, il pense que tout est perdu ! C’est alors que le gendarme lui dit : « Vous ne pourrez pas passer la frontière tout seul. Vous voyez les maisons là-bas ? Allez-y et demandez après le curé Fournier. » Le fugitif est stupéfait. Il veut remercier le gendarme, mais celui-ci lâche un laconique : « je ne vous jamais rencontré… »

Vous désirez lire la suite de cet article ?
Pour suivre l'info locale en continu, je m'abonne !
J'en profite
J ACCÈDE À MON ARTICLE EN REGARDANT UNE PUBLICITÉ