Creuse : un Britannique activement recherché et deux policiers blessés après un refus d’obtempérer

Installé dans la Creuse depuis 7 ans, le suspect a déjà été condamnée à la prison ferme en Grande-Bretagne.
Installé dans la Creuse depuis 7 ans, le suspect a déjà été condamnée à la prison ferme en Grande-Bretagne. - Capture d’écran Google Maps

Deux gendarmes ont été « sévèrement blessés  », après un refus d’obtempérer à Vidaillat (Creuse) ce jeudi 25 août dans l’après-midi. Ils ont été renversés pas la voiture d’un Britannique, toujours en fuite, a indiqué la préfecture du département ce vendredi.

L’un des deux gendarmes souffre de plusieurs fractures au visage. Une enquête pour tentative d’homicide volontaire sur personne de l’autorité publique a été ouverte par le parquet de Guéret.

Le suspect connu des autorités…

L’homme, âgé de 51 ans, devait faire l’objet d’un contrôle sanitaire dans l’élevage canin qu’il tient avec sa femme, par la Direction départementale de l’emploi, du travail, des solidarités et de la protection des populations (DETSPP), en présence des gendarmes.

« Alors que la gendarmerie demandait à l’un des conjoints de se déplacer à la Brigade la plus proche pour réaliser les vérifications d’usages, l’individu a démarré son véhicule puis percuté les deux militaires avant de prendre la fuite », indique la préfecture de la Creuse dans un communiqué.

L’un des deux gendarmes est toujours hospitalisé à Guéret et fait l’objet d’une incapacité totale de travail (ITT) de 21 jours. L’autre, plus légèrement blessé, a pu regagner son domicile et présente une ITT de 6 jours.

… et au centre d’un documentaire Netflix

Selon la maire de la commune, Martine Laporte, le fugitif est Robert Hendy-Freegard. Arrivé à Vidaillat avec sa compagne en 2015, il est « très connu des services de police du Royaume-Uni pour des faits d’escroquerie sur plusieurs femmes ». Condamné à la prison ferme outre-Manche, son identité correspond avec celle du Britannique au centre du documentaire Netflix The Puppet Master, dressant le portrait d’un escroc se faisant passer pour un espion britannique pour manipuler et voler ses victimes.

Depuis leur arrivée il y a sept ans, le couple faisait l’objet de soupçons de la part de leurs voisins. « Les habitants ont très vite compris qu’il y avait quelque chose qui n’allait pas », indique la maire de Vidaillat, interrogée par France Bleu Creuse. « Cela fait deux ou trois ans que l’on tire la sonnette d’alarme, sans beaucoup de résultats, jusqu’à ce qu’on arrive à ce dénouement  », ajoute-t-elle.