Excenevex : les antennes des opérateurs Orange et Free pourraient bien disparaître du paysage

Frédéric Gerdil est premier adjoint en charge du numérique et de la vie locale.
Frédéric Gerdil est premier adjoint en charge du numérique et de la vie locale.

A côté du château d’eau, sur un terrain communal, deux antennes radiotéléphoniques qui appartiennent à Orange et à Free surplombent le village, rayonnant à 360 degrés. Depuis plus de 15 ans, ces deux sociétés payent à la commune une redevance pour la location du terrain. Jusque là, tout va bien. Mais l’histoire dérape quand un représentant de Valôcimes demande à être reçu en mairie. Valôcimes, c’est ce qu’on appelle un ‘‘towerco’’. A savoir une entreprise qui traque tous les sites et hébergements susceptibles d’y accueillir leurs tours, pylônes ou mâts, sur lesquels les opérateurs installent leurs antennes. « 

Vous désirez lire la suite de cet article ?
Pour suivre l'info locale en continu, je m'abonne !
J'en profite
J ACCÈDE À MON ARTICLE EN REGARDANT UNE PUBLICITÉ