Élodie Coutarel est ingénieur logisticien au CHAM

Élodie Coutarel est ingénieur logisticien au CHAM

Élodie, à l’hôpital, la logistique concerne surtout la gestion des repas ?

Pas seulement, il s’agit d’optimiser la gestion de tous les flux, que ce soit celle des denrées alimentaires ou celle du linge, ou autres. En outre, ici au CHAM, comme dans la plupart des établissements, nous sommes extrêmement concernés par la revalorisation des déchets.

Vous avez déjà été assignée à résidence !

Oui, plusieurs fois, en France et à l’étranger. J’ai eu l’opportunité de travailler en résidences pour personnes âgées, j’étais doublement assignée même, puisque c’était en période Covid.

La logistique et l’art sont deux mondes que tout oppose ?

Pas pour moi ! Dès que j’ai un peu de temps je me mets devant mon chevalet pour peindre, cela me permet de m’évader et de proposer aux amateurs d’art de découvrir mon univers créatif, présenté sur instagram à @tableauxdelo

Vous avez fait un séjour au Vinatier, c’était grave ?

J’ai de la chance, après y être restée deux ans ils m’ont laissée sortir ! J’ai apprécié ce séjour et le travail que j’y ai mené sur la gestion de projets.

Au ballon, vous préférez jouer avec ou sans filet ?

J’aime bien toujours avoir un filet de sécurité, que ce soit quand je vole en parapente, quand je joue au tennis, ou au volley-ball. Mes années de Staps ne sont pas loin, j’ai encore la forme.

Les Alpes, c’est la belle montagne ?

Je suis clermontoise d’origine, j’aime l’Auvergne et ses volcans. Quand j’y retourne, j’ai un rituel, je débute mon séjour par monter au Pariou puis rejoindre le creux du cratère et profiter d’un superbe moment de ressourcement, c’est un magnifique lieu d’inspiration.

N’étiez-vous pas trop jeune pour entrer en Ehpad ?

Mon expérience de directrice de « maison des aînés » à Québec m’a permis de découvrir une organisation et un système de soins différents de ce qui est en vigueur en France, cette double vision me permet d’avoir du recul et de proposer des solutions efficientes.

À l’hôpital, on se fout de la charité ?

Nous sommes concernés par le bien-être de nos patients et de nos équipes, nous partageons tous le souci d’entourer nos patients de bienveillance pendant leur séjour afin qu’ils recouvrent la santé dans les meilleures conditions.