La Clusaz: les Chalets Vittupier fêtent leurs 70 ans

Nichés au cœur des Aravis, dans la station village de La Clusaz, les Vittupier ont le bois dans l’âme depuis trois générations.

Tout commence en 1950 lorsqu’Henri, artisan menuisier, se lance dans la rénovation de vieilles fermes haut-savoyardes. Ce n’est que deux ans plus tard qu’il fabrique ses premiers chalets, et créé sa société Chalets Vittupier, située encore aujourd’hui route des Confins.

Au fil des années, l’entreprise familiale a bien grandi, reprise en 1970 par son fils aîné Joseph, rejoint par la suite par sa sœur Marie-Claude et son frère Pascal. Puis par les fils de Joseph. C’est Julien qui assure la gérance depuis 2008, rejoint par son frère Clément en 2011.

« Mon père a 17 ans quand il réalise ses premiers plans et commercialise son premier chalet. C’est lui qui a créé le modèle de chalet type bergerie, que l’on retrouve de partout dans les Aravis. Cela a marqué ses débuts dans l’entreprise », raconte Julien Vittupier, actuel dirigeant du Groupe Vittupier.

Plus de 1 000 chalets réalisés

Soixante-dix ans plus tard (l’anniversaire a été célébré le 1er juillet), le Groupe Vittupier (la holding qui chapeaute les deux sociétés) a construit plus de 1 000 réalisations toutes confondues, « du petit mazot au gros chalet », principalement dans la vallée des Aravis, et plus largement en Pays de Savoie (Bonneville, Hauteluce, les Saisies…).

Le groupe Vittupier est constitué de deux sociétés : Chalets Vittupier se charge de la partie technique de la fabrication des chalets jusqu’à leur agencement intérieur, et Vittupier Construction s’occupe de toute la partie ingénierie, avec la maîtrise d’œuvre.

« Nous réalisons en moyenne entre 10 et 15 chalets (construction, rénovation ou agrandissement) par an pour des particuliers », explique le dirigeant haut-savoyard. L’entreprise familiale compte également parmi ses clients, des promoteurs immobiliers comme le groupe PVG (basé à La Clusaz aussi), des cabinets d’architecture, et des entreprises de remontées mécaniques.

Certification « bois des Alpes » en cours

La réputation du constructeur agenceur s’est bâtie au fil du temps. « Nos clients sont principalement des résidents locaux. Ils apprécient que l’on travaille avec du bois de pays, de l’épicéa certifié « bois des Alpes » (l’entreprise est en cours de certification), qui a un certain taux d’humidité au niveau du séchage. Nous utilisons également du mélèze des Hautes-Alpes », précise Julien Vittupier.

Le dirigeant remarque depuis quelques années un engouement pour le vieux bois, «  mais il ne provient pas de Haute-Savoie », regrette-t-il. Pour éviter d’importer ses essences d’Autriche, le groupe Vittupier mise sur de l’épicéa « étuvé », qui imite parfaitement cet aspect « vieux-bois » recherché. « Deux scieries haut-savoyardes le proposent désormais. Cela permet d’éviter les importations et de faire travailler en même temps la filière de bois local », complète-t-il.

Les chalets Vittupier, c’est :

- Gérant  : Julien Vittupier

- Nombre de salariés  : 25 salariés.

- Nombre de chalets réalisés depuis le début  : plus de 1 000 chalets.

- Nombre de chalets réalisés par an  : en moyenne entre 10 et 15 chalets.

- Chiffre d’affaires (groupe Vittupier)  : 4,2 millions d’euros.

Des investissements chaque année

Soixante-dix ans d’histoire mais toujours la même philosophie : investir pour moderniser son outil de production.

« Cette année, nous avons renouvelé notre centre d’usinage de charpente à commande numérique, c’est la quatrième que l’on remplace, et nous avons également acquis une grue à tour », confirme Julien Vittupier, dirigeant du groupe Vittupier (Chalets Vittupier et Vittupier Construction). Un investissement exceptionnel, qui s’élève à 700 000 euros pour cette année 2022, et qui a été soutenu par la région Auvergne Rhône-Alpes à hauteur de 150 000 euros.

« Cette année était la bonne occasion pour réaliser cet investissement, en même temps que nos 70 ans », sourit le dirigeant.

De manière générale, l’entreprise familiale basée à La Clusaz investit en moyenne 150 000 euros de son chiffre d’affaires chaque année.

Bientôt un agrandissement

Et le charpentier-constructeur a un autre projet en tête, prévu pour 2023 : aujourd’hui à l’étroit, il projette d’agrandir son atelier de 1 400 m², pour augmenter de 350 m² sa surface de stockage à l’abri et permettre une meilleure réorganisation de l’espace.

Un investissement estimé à un million d’euros, qui doit permettre de mieux faire face à la demande.