Sciez : au sein de la maison Alvéole, des chambres d’hôtes de juin à octobre

Albin Lavy et sa compangne Sofia, sur les marches de la maison Alvéole.
Albin Lavy et sa compangne Sofia, sur les marches de la maison Alvéole.

Un nouveau quartier au cœur de Sciez, qui aurait regroupé des petites boutiques en forme d’alvéoles et un espace de jeux pour enfants, le tout axé autour d’une grande maison, c’était l’idée de Jany Lavy. Cette fleuriste, issue d’une famille d’horticulteurs et diplômée de l’école des beaux-arts de Genève, avait confié à l’architecte Gilles Dagnaux, la réalisation du projet. Mais seule la villa a vu le jour, en 1987. Cette habitation remarquable, avec sa base octogonale et son toit hexagonal, était le terrain de jeux d’Alban, le fils de Jany. Il y a passé toute son enfance avant de partir vivre pendant 15 ans à Berlin et à Mexico. Pour revenir au pays en 2014 avec Sofia, sa compagne.

Un nouvel appartement proposé à la location

Un an après, il propose sa maison en chambre d’hôtes. Les mois de juin, septembre et octobre, on peut y louer une chambre spacieuse et partager les pièces à vivre avec les propriétaires. En juillet et en août, c’est la maison tout entière qui est proposée à la location, sous le nom d’Octogone. Pendant ce temps, les propriétaires s’évadent, mais jamais très loin pour rester disponibles en cas de besoin. « Quand j’étais petit, juste à côté de chez nous, la ferme Léonie Castelli faisait déjà chambre d’hôtes. J’ai vécu avec ce concept qui me plaît énormément, notamment parce qu’il permet de belles rencontres », confie Alban Lavy.

Et depuis juin, un appartement de 45 m2, indépendant et situé en rez-de-jardin, a été complètement rénové. Il a été baptisé ‘‘Le nid du chat noir’’ et il n’est pas rare de voir Meztli, le matou de la maison, venir faire un tour. Ces trois locations permettent d’entretenir et de valoriser la propriété.

Une location desservie par un manque de transports en commun

Une demeure atypique située non loin du lac, un immense jardin planté de nombreuses espèces, des commerces et des restaurants à proximité… la maison Alvéole a de quoi séduire les touristes, qui viennent de tous les horizons. Un petit bémol toutefois. « Nos hôtes s’étonnent souvent que notre réseau de bus soit si peu pratique. Nous avons eu dernièrement deux Californiennes qui ont dû faire du stop pour se déplacer vers Excenevex et Yvoire. Et il m’arrive aussi de conduire nos hôtes jusqu’à la gare de Perrignier », souligne Alban Lavy qui regrette que certaines réservations n’aboutissent pas en raison du manque de transports en commun.