Albertville: la troupe Fantasia dessine du rêve sur les scènes qu’elle caresse

Le ballet Fantasia sur la scène des Musicales de Conflans lors de l’inauguration des concerts de l’été.
Le ballet Fantasia sur la scène des Musicales de Conflans lors de l’inauguration des concerts de l’été.

Dans la nuit tombante, les silhouettes des danseuses ondulent, dessinant dans l’espace une chorégraphie où règnent sensualité et grâce. Souligné par les notes chaudes de la musique égyptienne, ce ballet sublime transcende la féminité. C’est l’un des miracles de cet art : quelque soit la morphologie de celles qui la pratiquent, la danse orientale rend belle et rayonnante. Après quelques années plus discrètes, Fantasia espère reconquérir le cœur de ses adhérents pour compléter les cours qui y sont dispensés et enrichir le ballet. Sabrina a pris le relais de sa maman Zora à l’animation de l’association. Humble et discrète, ses yeux brillent quand elle évoque cette discipline. « À mi-chemin entre le sport et l’art : j’ai très envie de la faire découvrir, livre-t-elle. J’ai une manière assez dynamique de la transmettre, toutes les parties du corps travaillent y compris l’esprit. La danse orientale apprend à sourire, à se tenir droite, elle apporte la rigueur et une maîtrise de la sensualité qui sublime la femme ».

« On apprend à se décomplexer »

La jeune femme se dit persuadée qu’elle saura laisser les années Covid derrière et regonfler les effectifs «  avec d’ores et déjà la préparation d’un spectacle pour l’automne prochain ». Sur la scène, Sabrina et ses danseuses se jouent des regards et des jugements avec une aisance déconcertante. « Pourtant, sourit Sabrina, quand j’ai commencé, je ne m’assumais pas du tout. La danse m’a appris à gagner en assurance, elle a le même pouvoir que le théâtre : dès que l’on rentre en scène, on devient une personne différente. Je suis réservée dans la vie, super à l’aise quand je danse ! » Agnès, l’une des danseuses du ballet qui enseigne aux enfants la rejoint : « On apprend à se décomplexer grâce à l’élégance des mouvements ». Avec émotion, elle cite Clémentine, une jeune trisomique qui a rejoint la troupe il y a une dizaine d’années ; les premiers mois furent délicats, puis la jeune demoiselle s’est épanouie, suivant, annonce sa professeur «  une évolution impressionnante, aujourd’hui, elle est à l’aise et heureuse avec nous ».

Une fois par semaine, petites et grandes se retrouvent pour des cours, le jeudi soir, « quant au ballet, précise Sabrina, il progresse au fil des répétitions et des spectacles que nous sommes invitées à donner ». Agnès remarque qu’entre le début de l’année et la fin, l’ambiance des cours s’est métamorphosée : «  Au début, c’est un peu le chaos, mais au fil des apprentissages les enfants se disciplinent. Cette année, nous avons une belle équipe, complice et homogène ».

Une équipe qui a régalé les spectateurs de la fête de la musique et compte bien continuer à glisser des étoiles dans les yeux de ceux qui la contemplent !

Une nouveauté à la rentrée

Début septembre, grâce à une formation qu’elle a suivie, Sabrina proposera des cours de sophro danse  : « Familièrement, on appelle la danse orientale danse du ventre. C’est réducteur, mais pas faux  : on travaille sur le ventre, la respiration. Grâce à la sophrologie, je vais transformer la dynamique de nos gestes en technique de relaxation, de visualisation positive. D’habitude les cours sont très rythmés. Là, les personnes vont devoir prendre conscience de leur corps avec des mouvements de relaxation dynamique qui parferont l’équilibre entre leur mental et leur physique ».

Pour adhérer à Fantasia  : 06 37 39 61 04.