D’Annemasse à Cluses, pourquoi les chauffeurs ne se bousculent pas au portillon

Jean-Louis, 62 ans, habite à Ambilly et veut finir sa carrière en Suisse.
Jean-Louis, 62 ans, habite à Ambilly et veut finir sa carrière en Suisse.

Amplitudes horaires importantes, bas salaires, responsabilités de transporter des gens : les griefs sont nombreux pour expliquer les grandes difficultés rencontrées par les entreprises de la région, que ce soit les TP2A à Annemasse, Proxim’iTi en vallée de l’Arve, les Autocars Jacquet à Marnaz ou Mont-Blanc Bus entre autres. Toutes recherchent des chauffeurs mais toutes les personnes en recherche d’emploi ne veulent pas travailler pour elles.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
Pour suivre l'info locale en continu, je m'abonne !
J'en profite