Une clientèle locale et internationale en demande

Florent Vacher (au centre) entouré d’une partie de son équipe.
Florent Vacher (au centre) entouré d’une partie de son équipe.

« La difficulté de la moyenne montagne est le manque de neige, nous sommes obligatoirement sensibles au réchauffement climatique, concède Florent Vacher. Même si l’on ne peut pas mettre la nature sous cloche, nous devons essayer de minimiser l’emprunte carbone. »

Il faut donc proposer un hébergement adapté à la demande avec la proximité des services ainsi que des activités douces et peu polluantes à l’instar du ski, du VTT électrique ou encore de la marche. La clientèle, qu’elle soit locale ou internationale, vient et revient, ce qui constitue une très belle récompense. Elle souhaite également faire partager son expérience en laissant son avis et un classement sur les sites participatifs.

Là encore, le relais nordique tire son épingle du jeu avec de bons commentaires et notes. On est bien dans le tourisme écoresponsable.

Un tourisme qui créé également des emplois  : Florent emploie 9 salariés résidant localement. Il a su fidéliser ses employés, tous en contrat à durée indéterminée, malgré des heures Covid compliquées, ce qui lui permet aujourd’hui de ne pas souffrir du manque de personnel et d’avoir une belle équipe en place.