A peine ouverts, les commerces d’Yvoire doivent déjà fermer leurs portes

Gregory, gérant du Florès, désabusé par des annonces de dernière minute
Gregory, gérant du Florès, désabusé par des annonces de dernière minute

Les nouvelles mesures du gouvernement ont quelque peu plombé l’optimisme des commerçants de la cité médiévale. Alors qu’ils venaient à peine d’ouvrir leurs portes, il faut déjà les refermer. « On s’y attendait un peu. Mais comme on a subi une grosse baisse de chiffre l’an dernier, on espérait ne pas repartir pour un tour. Mais bon, on n’a pas le choix » commente Sabine qui tient ‘‘La Grangière’’, un magasin de cadeaux et souvenirs.

Au milieu de la rue, à la boutique de linge de maison et de décoration intérieure ‘‘Décocharme’’, on essaie aussi de garder le moral, tout en se posant quelques questions. « On est obligés de fermer. Soit. Mais qui peut m’expliquer pourquoi les grosses enseignes ont le droit d’ouvrir ? Le virus ne circule pas dans leurs allées fermées ? » demande Marianne, la patronne.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite