Écoles : dès lundi, un seul cas de Covid dans une classe entraînera sa fermeture

Écoles : dès lundi, un seul cas de Covid dans une classe entraînera sa fermeture
Photo d’archives

Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation nationale, tient un point presse sur la situation à l’école. « La question de l’ouverture des écoles, des collèges et des lycées reste un objectif fondamental. Les jeunes sont notre priorité, ils ont besoin de notre système scolaire », explique le ministre.

Le ministre rappelle que 21 183 cas de Covid et 2 515 chez les personnels ont été détectés sur une semaine. « Des chiffres en hausse, cohérents avec ce que l’on constate en population », selon lui.

La semaine dernière, du 15 au 22 mars, 320 000 tests salivaires ont été proposés et 200 000 tests ont été réalisés.

Au 26 mars, 148 structures scolaires sont fermées sur 61 500, soit 0,24 % : 116 écoles, 22 collèges et 10 lycées. 3 256 classes sont fermées sur plus de 528 000, soit 0,6 %. Ces chiffres « sont en hausse par rapport aux semaines précédentes », note le ministre.

Protocole actuel déjà strict

Le protocole actuel est « déjà très restrictif »  : l’aération toutes les heures, le port du masque dès l’âge de 6 ans, l’activité sportive encadrée et l’organisation de la cantine par cohorte, notamment. Les gestes barrières ne sont pas toujours respectés car cette « routine est installée », note Jean-Michel Blanquer.

En maternelle, la classe ferme dès un cas positif sous le protocole actuel. Dans les autres niveaux, cette fermeture est effective dès l’apparition de trois cas positif. Ce protocole est plus strict si le cas est un variant. Dans ce cas, la classe ferme dès la détection d’un cas.

Ce qui change

« À partir de la semaine prochaine, dans les 19 départements, nous fermerons chaque classe au premier cas de contamination, pour tous les niveaux scolaires », annonce Jean-Michel Blanquer. La mesure est valable pour tous les niveaux. Jusqu’à maintenant, c’était à partir de trois cas. « Cela va nécessairement entraîner plus de fermetures de classes » prévient le ministre.

« Un enfant qui présente des symptômes ne doit pas être envoyé à l’école. Nous avons observé des exceptions », prévient Jean-Michel Blanquer qui appelle à la vigilance des familles.

Et la cantine ?

« La cantine est le maillon faible de la journée. (...) C’est pourquoi on a un protocole très strict, très contraignant. Ce protocole de cantine s’applique bien dans certains endroits et doit permettre de continuer la cantine », indique le ministre.

La fermeture doit être décidée « en dernier ressort » . Mais « il sera loisible aux collectivités locales en concertation avec l'Éducation nationale de le faire. Nous n'incitons pas à ce que ce soit le cas. C'est une mesure qui doit être prise en dernier ressort quand on pense qu'elle est indispensable au regard des circonstances locales ».

Vacances scolaires

Les classes fermées le seront pour «une durée de deux à trois semaines» et les parents pourront demander à bénéficier d’arrêt de travail pour garder leurs enfants, a encore indiqué Jean-Michel Blanquer. «Cela suppose de grandes adaptations de la société», a-t-il ajouté.

En réponse à une question, le ministre ne s’est pas montré favorable à la proposition d’avancer les vacances d’avril de quinze jours.