Annecy : la Ville n’étend pas le port du masque obligatoire au Pâquier

La question se posait depuis que les vacances scolaires et le retour des beaux jours ont attiré la foule sur les bords du lac d’Annecy. Finalement, la Ville l’a tranchée vendredi 26 février 2021 : la zone de port du masque obligatoire n’est pas étendue sur la commune.

Le périmètre date d’octobre 2020 et intègre une partie du centre-ville. Pour schématiser, il est compris entre les Galeries Lafayette et l’avenue du Rhône (du Nord au Sud) et de l’avenue d’Albigny jusqu’au secteur de la gare et du centre commercial Courier (d’Est en Ouest).

Sorry, the PDF couldn't be displayed

Il est donc encore possible de se promener sur le Pâquier – qui était bondé le week-end des 20 et 21 février 2021, comme en témoignent les nombreuses photos postées par les internautes sur les réseaux sociaux – dans les Jardins de l’Europe ou sur les quais sans avoir de protection sur le visage.

« Il a été décidé de ne pas étendre ce périmètre dans l’immédiat », annonce la municipalité dans un communiqué, en appelant toutefois «   à la responsabilité, au civisme et à l’engagement de chacun dans l’application, même en extérieur, des gestes barrières recommandés : porter le masque dès que cela est nécessaire (forte concentration), respecter la distanciation physique, éviter les lieux trop fréquentés et les regroupements ».

Comprendre donc que le port du masque devient néanmoins recommandé lorsqu’il y a trop de monde sur la fameuse esplanade annécienne.

Le maire compte sur « le civisme des Annéciens »

La Ville d’Annecy précise que ce genre de décisions est pris en lien avec une cellule Covid, au sein de laquelle siègent des médecins. Ces mesures étant adaptées en fonction de la circulation du virus. Le maire, François Astorg, compte sur « le civisme des Annéciens pour rester vigilants et continuer à appliquer les gestes barrières ».

Des actions seront également mises en place à partir de samedi 27 février pour « rappeler les gestes barrières », via une communication digitale, l’installation d’une signalisation au sol et de panneaux, et la présence d’ambassadeurs santé pour sensibiliser le public dans « certaines zones où le port de masque n’est pas obligatoire, mais juste fortement recommandé ».