Le Département prévoit de financer plusieurs projets d’envergure

Les élus ont décidé de recentrer la zone d’éligibilité à la CFG par la suppression de la zone blanche.
Les élus ont décidé de recentrer la zone d’éligibilité à la CFG par la suppression de la zone blanche.

Avec son enveloppe de 31,912 millions d’euros, le Département de l’Ain prévoit de financer plusieurs projets d’envergure : poursuite des travaux du BHNS (bus à haut niveau de service) Gex-Ferney-Voltaire, restructuration du giratoire de la Porte de France, projet de BHNS Porte de France-Prévessin-Meyrin-CERN, équipements pour la petite enfance du Pays de Gex, collège de Bellegarde.

« L’enjeu principal concerne la mobilité, en termes d’investissement et de fonctionnement, pour les populations frontalières », a rappelé Aurélie Charillon, conseillère départementale du canton de Saint-Genis-Pouilly, lors de la dernière session du conseil départemental.

Les élus ont décidé de recentrer la zone d’éligibilité à la CFG par la suppression de la zone blanche (la partie ouest du département). Désormais, les communes de ce secteur, qui accueillaient, sur leur territoire, quelques frontaliers, ne percevront plus rien. Et ce n’est pas seulement une affaire de distance avec la frontière franco-suisse puisque, contrairement à Bourg-en-Bresse, une ville comme Belley reste éligible à la CFG. Selon le président Jean Deguerry, interpellé sur cette question par le conseiller d’opposition, Christophe Greffet (PS), qui a jugé cette décision quelque peu arbitraire, celle-ci a été prise pour une meilleure prise en compte des territoires les plus impactés par le fait frontalier. Les critères de ventilation de la part communale vont désormais distinguer deux zones : la zone frontalière (Pays de Gex et pays bellegardien) et la zone «Grand Bugey».

A. L. et J. C.