Seynod : peines de prison pour deux dealers et leurs deux logeurs

Les gendarmes du bassin annécien ont mis la main sur une belle prise de stupéfiants, dans un logement de Rumilly dans lequel vivait deux dealers Albanais.
Les gendarmes du bassin annécien ont mis la main sur une belle prise de stupéfiants, dans un logement de Rumilly dans lequel vivait deux dealers Albanais. - Photo Compagnie de gendarmerie d’Annecy

Vendredi dernier, nous relations sur notre site internet une interpellation menée conjointement par la police municipale et la gendarmerie de Seynod, jeudi 28 janvier, sur trois personnes en possession de 500 grammes d’héroïne à leur domicile.

Le contrôle initial des policiers avait eu lieu dans une zone forestière de la commune connue pour être fréquentée de temps à autre par des trafiquants de drogues. Un Albanais de 22 ans avait été découvert en possession de plus de 500 euros en espèce. Sur place, les gendarmes seynodiens, à qui le dealer avait été remis, trouve 33 grammes de cocaïne et de 22 grammes d’héroïne conditionnés dans des pochons prêts à la revente.

Mais cette affaire ne s’arrête pas là. Lors de la perquisition de son domicile à Rumilly, les militaires mettent la main sur un autre ressortissant albanais de 20 ans qui n’est autre que l’organisateur du point de vente. Là-bas, 532 grammes d'héroïne pure, 60 grammes d'héroïne et 15 grammes de cocaïne déjà conditionnés et prêt à la revente, 305 grammes de produit de coupe et 1995 euros en numéraire sont saisis ainsi que le matériel de conditionnement, des téléphones et cartes SIM.

Ils étaient logés chez un couple de Rumilliens, défavorablement connus des services de gendarmerie, et eux aussi placés en garde à vue. C’est le cas également d’une cinquième personne susceptible d'avoir servi de lien pour loger les trafiquants (une autre femme de 34 ans).

Hier, lundi matin 1er février, il est mis fin aux différentes gardes à vue. La jeune-femme soupçonnée de mettre en lien trafiquants et logeurs est remise en liberté avec une convocation en justice à une date ultérieure. Les quatre autres protagonistes sont déferrés, présentés au parquet et passent en jugement l'après-midi même.

Le revendeur, interpellé dans les bois, écope de 6 mois d'emprisonnement tandis que son complice, interpellé au domicile, est incarcéré pour 2 ans. Tous deux font l'objet d'une interdiction définitive du territoire français. Le couple de logeur est incarcéré pour une peine de 12 mois dont 6 avec sursis.

Une nouvelle fois, cette affaire démontre la motivation des forces de l’ordre à traquer les dealers sur le bassin annécien.