«Quel gâchis!» : à Annecy, le cri du cœur d’Antoine Dénériaz pour la montagne

Installé à Doussard, l’atelier de fabrication de la société Dénériaz a commencé à produire des skis de randonnée fin 2019-début 2020. Une idée dont le patron se félicite aujourd’hui. Photo: Facebook Antoine Dénériaz.
Installé à Doussard, l’atelier de fabrication de la société Dénériaz a commencé à produire des skis de randonnée fin 2019-début 2020. Une idée dont le patron se félicite aujourd’hui. Photo: Facebook Antoine Dénériaz.

C’est depuis son bureau récemment installé à Doussard, au bout du lac d’Annecy, qu’Antoine Dénériaz décroche son téléphone. D’un ton d’abord enjoué puis plus grave, «Glissman», qui sort d’une session de ski de randonnée avec le chef doublement étoilé Jean Sulpice, prend le temps de raconter à l’Essor la façon dont il perçoit la crise que traverse actuellement la montagne française.

Antoine Dénériaz, comment vivez-vous les décisions gouvernementales successives, dont la dernière date du mercredi 20 janvier, de ne pas autoriser les remontées mécaniques à ouvrir ?

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite