Faverges : Fayard, le groupe qui ne vieillit pas

C’est en 1983 que le groupe se baptise Fayard, en souvenir des bûches que les musiciens amenaient et jettaient au feu dans la cheminée pour repousser le froid les jours de répétition.
C’est en 1983 que le groupe se baptise Fayard, en souvenir des bûches que les musiciens amenaient et jettaient au feu dans la cheminée pour repousser le froid les jours de répétition. - Messager

Ils ne sont pas légion les orchestres amateurs des années 1980 à continuer de nourrir des sons au 21e siècle. Et le coup fatal n’est pas près d’atteindre Fayard, l’emblématique formation régionale née dans une vieille bâtisse de Desingy en 1982.

Il faut dire que celle-ci a visiblement été taillée pour traverser les générations : Jean Provost et Francis Dufour, les pionniers, ont animé bals et kermesses dans un style basé sur de la folk. Un genre qui ne quittera jamais le groupe. L’arrivée de Daniel Desbiolles et André Gruffaz a pour sa part apporté une nouvelle dimension dans la quête d’écriture. Jacky Duca, enfin, a idéalement complété le quintette des débuts. Le résultat est brillant d’inventivité et les paroles d’André Gruffaz, sur les nouvelles mélodies de la flûte de Jean Provost, ont un effet hautement addictif.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite