Fondez de plaisir... chocolaté en taxibike

Fondez de plaisir... chocolaté en taxibike

Deux copains voyageurs, Sébastien Roevens et Aubin Delavigne, découvrent le vélo taxi à Cuba. L’idée germe pour combiner un travail sportif à Genève, partager une clientèle tout en rendant la ville plus durable en proposant des balades urbaines d’un autre genre.

Des institutions du chocolat

En couple ou entre amis, c’est parti pour 2 heures d’un parcours gourmand parsemé d’arrêts chez des chocolatiers emblématiques. Dans la rue du tram comme la surnomme les Genevois, le quartier de Rive fleure bon le chocolat au lait suisse. Impossible de rater Favarger, l’emblème du canton, qui perpétue un savoir faire traditionnel. L’art suisse du bonheur se niche dans les Avelines. À la Bonbonnière, autre institution du chocolat, on craque pour les pavés de Genève, délicieusement fondants, ou des écussons bien locaux.

C’est reparti pour le pédalage, vers le passage des Lions. Sous les verrières, on entre chez Charlie Ganache. Ici le chocolat est un voyage et nous fait découvrir des expériences uniques. Les ganaches se croquent façon fleur d’oranger, matcha, ananas, basilic, caramel fleur de sel... Le palais conquis, retour au taxibike pour quitter l’hyper centre ville et admirer le lac. Vers Port Noir, le jet d’eau, ADN de la ville, propulse son voile de gouttelettes haut de 140 mètres. Nouvel arrêt à Sweetzerland, rue du Mont Blanc. Ici, on craque pour le « flocon » version chocolat noir ou blanc. Comment résister à un caramel à la crème de la Gruyère, praliné amande accompagné d’un bricelet meringue et cacao de Madagascar ou d’Equateur ?

Parcours varié

Les parcours ne sont pas toujours identiques pour se rendre dans les adresses gourmandes. Tout dépend du lieu de la prise en charge par le taxibike. Partir de la place Neuve permet de s’imbiber du Genève artistique en passant devant le Grand Théâtre principal opéra de la ville, le Victoria Hall, le Musée Rath, puis traverser l’îlot de verdure du parc des Bastions. Arrêt obligatoire devant le Mur des réformateurs pour un clin d’œil aux six pionniers de la Réforme en Europe. Pas de détour par la Vielle Ville, les mollets du pédaleur souffriraient dans les montées, mais direction la Corraterie et Bel Air en dehors des rues à gros trafic puis passage en rive gauche du lac.

Le chauffeur commente le parcours par des anecdotes historiques et en lien avec la conquête du chocolat (au lait) en Suisse. À noter que la consommation de chocolat par habitant en Suisse dépasse en moyenne les dix kilos par an.

Et encore...

Et pour ceux que le taxi bike n’aurait pas convaincu, des options tuk tuk pour mini groupes ou vélo électrique pour les plus sportifs sont toujours possibles.

Pour en savoir plus, vous pouvez visiter leur site Internet.

Formules Art ou Fondue

Pourquoi ne pas craquer pour la formule balade version art et partir à la découverte des fresques gigantesques de street art à la Jonction et à Plainpalais. Génial d’appréhender l’art urbain autrement !

Suisse oblige, la formule fondue s’impose. Dans le froid hivernal, la visite de Genève est réchauffée par la dégustation d’une bonne fondue suisse à bord du taxibike.