Les moniteurs de ski dans la tourmente

L’école de ski internationale de La Faucille
L’école de ski internationale de La Faucille - ESI La Faucille

Directrice de l’Ecole de ski français à La Faucille depuis 28 ans, Sophie Saubot s’inquiète pour les moniteurs de ski. Ils ont un statut de travailleur indépendant et sont donc moins protégés que les salariés, voire pas du tout. Leurs charges (calculées à N-2) continuent à courir, que de maigres indemnités couvrent à peine. «  Une centaine de moniteurs, titulaires permanents ou temporaires sont concernés. Certains n’ont pas travaillé depuis le 15 mars. D’autres sont dans une situation financière difficile : comment vont-ils rembourser leur maison, payer les études de leurs enfants ? Cette année, je n’ai pas pris deux secrétaires, elles sont au chômage. J’ai suspendu les ventes en ligne, j’ai remboursé les quelques réservations déjà faites. Cette année, les écoles suisses et françaises ne monteront pas ; hors à la Faucille, les écoles, c’est 2 000 élèves en classe de neige par semaine en janvier, soit près de 60 % du chiffre d’affaires qui s’évapore…

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite