Bellegarde/Ornex : une empreinte ADN pourrait aider à livrer la vérité sur l’affaire Magalie Part

Magalie avait 19 ans quand on l’a tuée.
Magalie avait 19 ans quand on l’a tuée.

Dix-neuf ans. Dix-neuf ans que Magalie Bertrand, mariée Part, a été retrouvée assassinée, le corps fracassé et à demi calciné dans un bois de Vulbens, à 30 kilomètres de chez elle. Dix-neuf ans que le, ou les assassins courent toujours, l’enquête n’ayant jamais permis de découvrir l’auteur de ce crime abominable.

Toutefois, grâce à la ténacité de l’avocat des parents de Magalie, Georges Rimondi (lire par ailleurs), à la compréhension du juge d’instruction, au travail de divers enquêteurs, privés et policiers, un espoir renaît de connaître enfin le dénouement de l’histoire. Cela grâce à l’identification d’un ADN masculin complet sur des mégots de cigarettes suisses, retrouvés sur les lieux où le corps de Magalie a été abandonné.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite