(VIDEOS) Valserhône : la vidéo de Nath visionnée plusieurs millions de fois !

Nathalie Pillard et sa fille Emmanuelle, qui travaille également au bar-restaurant.
Nathalie Pillard et sa fille Emmanuelle, qui travaille également au bar-restaurant.

Assise à une table de son restaurant, Nath s’est adressée à Emmanuel Macron et aux Français (lire notre précédent article). Publiée jeudi 29 octobre, sa vidéo a été visionnée, depuis, plus de 8 millions de vues, avec 79 000 partages à la clef ! Vendredi 30 octobre, premier jour du deuxième confinement, 6 heures du matin, Nath a ouvert son bar, comme d’habitude, en vidéo. « J’en ai rien dormi de la nuit, confie-elle. C’est la première fois que je suis hors-la-loi, j’ai toujours respecté ce que mon pays me demande, mais là, c’est trop  ! » Une vingtaine de clients sont venus boire le café ou l’apéro, en toute illégalité, durant la matinée, aux yeux de tous, y compris des forces de l’ordre. « Les policiers municipaux, les gendarmes, sont passés devant chez moi, en voiture ou à pied, sans s’arrêter. J’avais pourtant laissé les lampions allumés pour être bien visible. »

Des encouragements venus de loin

Le téléphone du bar et sa messagerie Facebook ont sonné en continu, toute la matinée, avec des encouragements venus de la France entière et même de contrées plus lointaines : Pays de Gex, Perpignan, Corse, Strasbourg, Paris, Alsace, Vendée, Indre-et-Loire, Marseille, Landes, Haute-Savoie, Normandie, Réunion, Belgique… Sa vidéo s’est répandue comme une traînée de poudre. « Beaucoup de confrères m’ont appelée pour me soutenir. Ils veulent pouvoir ouvrir leur restaurant à midi, pour nourrir les gens qui bossent. Il faut que les commerçants se bougent le derrière ! J’ai aussi eu des messages de femmes dont le mari bossent dans le BTP (Bâtiment et travaux publics Ndlr). Beaucoup de gens me disent que la vidéo leur a redonné de l’espoir. » Depuis lundi 2 novembre, le bar-restaurant est fermé au public, « pour ne pas être hors-la-loi. Je n’ai pas envie de tout perdre pour faire de la résistance », explique la patronne. Nath continue de cuisiner, malgré tout, pour les ouvriers du coin. Elle a repris la vente de plats à emporter.