Sallanches : une vraie piste pour l’hébergement d’urgence

Dominique Morvan, président de l’association Jules-Ferry.
Dominique Morvan, président de l’association Jules-Ferry.

Chaque année avec le passage à l’heure d’hiver, le plan grand froid est déclenché au niveau national. Cela permet au dispositif d’hébergement d’urgence d’être renforcé et aux personnes les plus précaires de trouver un toit le temps d’une nuit, d’une semaine… avant de trouver une solution meilleure.

Depuis vingt-deux ans, l’accueil Jules Ferry, situé au sous-sol de l’école du même nom permettait d’accueillir jusqu’à six personnes par nuitée. Que ce soit le maire ou les associations caritatives, tout le monde s’accordait à dire que ce lieu était inadapté au public accueilli. La crise sanitaire a mis un terme à l’ouverture du local.

Premiers échanges

« Cet été, j’ai envoyé des courriers aux dix communes de la vallée concernées et un onzième au président de la Communauté de communes du Pays du Mont-Blanc (CCPMB), informe Dominique Morvan, nouveau président de l’association Jules Ferry depuis le mois de juin. Seul Jean-Marc Peillex m’a répondu en me disant que ce n’est pas une compétence de la communauté de communes. »

Lors du conseil communautaire du 23 septembre, une élue de Sallanches, Josée Serasset-Krempp, intervient pour rappeler que l’accueil Jules Ferry était une compétence du Sivom (organe qui a précédé la communauté de communes, NDLR) et qu’il relève donc de la CCPMB. Le maire de Passy et vice-président Raphaël Castera est chargé d’une commission pour étudier les possibilités. « J’ai, par la suite, pu rencontrer Jean-Marc Peillex ainsi que Georges Morand qui m’ont affirmé nous soutenir financièrement. La Direction départementale de la cohésion sociale (DDCS) est également à nos côtés. »

Une solution possible

L’association s’est mise à la recherche de nouveaux locaux. « J’avoue que cela n’a pas été facile et que nous nous sommes heurtés à des refus », observe Dominique Morvan. « Finalement, on a une vraie piste pour un local sur Sallanches, très bien situé. Notre comité d’administration a donné son aval ce mardi 27 octobre. Nous recherchons maintenant un accord avec le propriétaire. »

Ce bâtiment présente plusieurs avantages. Il permettrait de doubler la capacité d’accueil en passant de six à douze personnes ; ainsi que la possibilité à terme de créer deux appartements au deuxième étage pour accueillir des femmes seules ou avec enfant. La cave permettrait de mettre en place une conciergerie, ainsi qu’un chenil. « Beaucoup de ces personnes se déplacent avec des chiens. C’est important pour eux de les garder près d’eux. » « Mon idée serait de pouvoir ouvrir ce nouveau lieu à l’année, avec des financements plus pérennes et une mutualisation des associations », conclut le président, confiant.

Quel public accueilli?

Plusieurs publics sont accueillis par l’association Jules Ferry et pas seulement des personnes de passage, comme cela est parfois dit.

Dominique Morvan différencie trois publics :

– des travailleurs précaires, comme des saisonniers, présents en début de saison.

– des jeunes majeurs isolés, qui arrivent à leur majorité sans solution de logement.

– des personnes en grandes difficultés originaires ou non de la région, ainsi que des gens de passage.