Pays bellegardien : pas de « dernière séance » pour nos théâtres et cinémas

Sandra Laurent Ségui et Grégory Belmonte pour Valserhône 
; Casimir Miguelez pour Nantua.
Sandra Laurent Ségui et Grégory Belmonte pour Valserhône ; Casimir Miguelez pour Nantua.

Depuis samedi 17 octobre, un couvre-feu s’applique dans plusieurs grandes métropoles françaises. Entre autres, les bars et les restaurateurs craignent de ne pouvoir se relever face à cette mesure. D’autres sont inquiets : les acteurs de la culture. Cinémas, théâtres… Déjà sévèrement touché depuis l’annonce du confinement, ce secteur marche chaque semaine sur des œufs.

Pourtant, les structures culturelles de notre territoire, sans déborder d’enthousiasme, ne font pas grise mine. Toute s’accorde à le dire : depuis le mois de septembre, le public est au rendez-vous ! Attention toutefois, les salles ne peuvent jamais accueillir 100 % de leur capacité de spectateurs puisqu’il est obligatoire de laisser un siège entre chaque groupe de personnes.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite