Annecy : il avait braqué un couple sur le parking de l’Impérial Palace

Les faits s’étaient déroulés sur le parking de l’Impérial Palace. Photo d’illustration.
Les faits s’étaient déroulés sur le parking de l’Impérial Palace. Photo d’illustration.

Le 25 mai 2020, dans la soirée, un homme repère un couple sur le parking de l’Impérial Palace à Annecy, aux prises pour démarrer leur voiture. Il est armé d’un pistolet Airsoft, ouvre brusquement la portière, contraint le chauffeur à sortir et marche avec lui en direction de l’Impérial. C’est arrivant dans la zone éclairée que l’agresseur prendra la fuite.

Pendant ce temps, la compagne de l’automobiliste est parvenue à s’enfuir et a appelé la police qui interpellera rapidement le braqueur. Il sera retrouvé dans la voiture de celui-ci, quatre couteaux et une bombe lacrymogène. Le malfaiteur circulait sans permis, sans assurance et sous l’emprise de l’alcool. Durant sa garde à vue, il lacère ses vêtements et tente de mettre fin à ses jours.

Pneus lacérés

Le 29 septembre 2020, l’agresseur revient sur le parking de l’Impérial et armé d’un couteau, il lacère deux pneus d’une voiture. Repéré par un témoin, il est rapidement interpellé. Il est porteur d’un couteau et d’un pistolet à billes et il est au volant d’une voiture dont les plaquettes d’immatriculation ont été masquées avec du scotch.

Il affirme s’être endormi dans sa voiture et, au réveil, il entendait des voix qui lui disaient « fonce, fais n’importe quoi ».

Altération du discernement

L’expertise psychiatrique révèle un « discernement altéré » chez cet agresseur. Déjà condamné en 2007 et incarcéré, il s’était racheté une conduite mais un accident du travail l’aurait fait replonger dans l’alcool et la dépression.

Père de cinq enfants, chômeur, ne sachant ni lire, ni écrire, ni compter, le prévenu agit sous des pulsions hallucinatoires. « L’alcool est son problème majeur », précise son avocat Maître Florian Prele.

Le tribunal a condamné l’agresseur à 8 mois de prison avec sursis probatoire pendant 2 ans avec obligation de soins.