Le mystère des centaines de kilos de cocaïnes échoués sur les plages de l’Atlantique

Depuis le 18 octobre, on peut faire une drôle de pêche sur la côte Atlantique : des centaines de kilos de cocaïnes ont été retrouvées. On ignore encore l’origine de la marchandise.
Depuis le 18 octobre, on peut faire une drôle de pêche sur la côte Atlantique : des centaines de kilos de cocaïnes ont été retrouvées. On ignore encore l’origine de la marchandise. - © Sud Oust / Maxppp

Les habitués de la côte Atlantique ont plus l’habitude de ramasser coquillages et bigorneaux au moment des marées. Depuis le 18 octobre 2019, ce sont des paquets de cocaïne qui apparaissent.

Le premier paquet a été retrouvé en Vendée. Depuis, les ballots de cocaïne continuent à s’échouer, sur tout le littoral, des plages de Loire-Atlantique à celles des Landes. Dans un communiqué du dimanche 10 novembre, le parquet de rennes a annoncé que « l’ensemble de la façade atlantique est touché. L’arrivée des paquets est observée depuis la mi-octobre, avec une intensification depuis le 4 novembre. » Soigneusement emballés avec plusieurs couches de plastiques noires et de cellophane, ces « pains » sont jusqu’à présent d’une provenance inconnue. Tous comportaient des étiquettes sur lesquelles il était inscrit « Brillante », ou bien « Diamante ». Il pourrait s’agir d’un critère de qualité, selon les enquêteurs.

« Un réel danger »

Selon les premières analyses effectuées par l’Institut de recherche criminelle de la gendarmerie, révélées par le journal Sud Ouest, cette cocaïne serait pure à 83 %, sans produit de coupe et représente « un réel danger de santé publique » d’après le colonel Olivia Poupot. Les autorités appellent donc la population à la plus grande prudence, précisant que « toute découverte doit être immédiatement portée à la connaissance des services de police ou de gendarmerie sans aucune manipulation ».

L’origine de la marchandise encore inconnue

Les patrouilles de gendarmes se multiplient sur les plages et des sessions de ramassage, appelées « marée blanche » sont organisées, précise Le Figaro.

« Au vu du nombre important de points de découverte », la Juridiction interrégionale spécialisée (Jirs) de Rennes a été saisie vendredi afin de « centraliser les recherches initialement diligentées localement par les parquets de Saint-Nazaire, Bordeaux ou Dax », explique Ouest-France.

Le parquet de Rennes a annoncé l’ouverture d’une enquête, qu’il a ensuite confiée à la Section de Recherches de la Gendarmerie maritime, au groupement de Gendarmerie de la région Pays de la Loire ainsi qu’à l’Office central pour la répression du trafic illicite de stupéfiants, travaillant de concert.

Plusieurs mesures prises par les autorités

Plusieurs plages de la côte Atlantique ont été interdites d’accès par les autorités.

Lundi 11 novembre, un jeune de 17 ans a été interpellé par les gendarmes en possession de 5kg de cocaïne qu’il avait ramassé sur une plage de Lacanau. Placé en garde à vue pour « détention de stupéfiants », ce jeune de la région toulousaine en vacances encourt jusqu’à 10 ans d’emprisonnement, a précisé le parquet de Bordeaux au Figaro.