Albertville: Tara Launay rêve de devenir une pâtissière d’excellence

Sur le tablier de Tara est écrit «
Chef Raoudie
», surnom donné par ses parents dont le mot
 «
raoudie
» signifie chipie en lorrain.
Sur le tablier de Tara est écrit « Chef Raoudie », surnom donné par ses parents dont le mot « raoudie » signifie chipie en lorrain.

Pleine de vie et déterminée, Tara a de quoi faire la fierté de ses parents. A tout juste 16 ans, elle met toutes les chances de son côté pour tracer l’avenir dont elle rêve : celui de devenir une grande pâtissière. « Mon père est cuisinier. A la maison, on cuisinait beaucoup. Un jour, j’ai fait un gâteau au chocolat et je me suis rendu compte que j’aimais ça. Je me suis attaquée à le décorer, le refaire, l’améliorer. A partir d’une recette, on peut créer à l’infini et tester de nouveaux parfums.  » En classe de première au lycée Jean Moulin, elle pense à son avenir et sait déjà quel chemin elle souhaite emprunter: « J’aimerais intégrer l’école de pâtisserie Ferrandi à Paris. Mon but est de faire des stages dans des maisons réputées pour arriver à me faire connaître et progresser. »

En route pour le meilleur pâtissier

Après avoir postulé à l’émission « Le meilleur pâtissier », sur M6, Tara a été recontactée pour participer à la première saison de l’émission « En route vers le meilleur pâtissier « , une nouvelle version destinée à un jeune public. Si l’émission est actuellement diffusée en replay, le tournage s’est déroulé au mois de juin sur trois jours à Montfort-l’Amaury dans le département des Yvelines. « En tout, il y a eu 6 heures de tournage pour 16 minutes de film. Nous étions 16 participants. La première épreuve était celle des duels. Nous devions réaliser notre gâteau signature et j’ai fait l’American dream, un gâteau au chocolat au lait et beurre de cacahuètes. Ça m’a qualifié. » En demi-finale, les 8 candidats restants se sont confrontés à l’épreuve technique de Mercotte dont la consigne était de suivre le recette du gâteau voyageur. «Ca ressemble à un gâteau au yaourt avec des décorations. Dans la recette, il manquait des étapes. Le but était d’y arriver sans ces informations. Nous avons tous cuisiné en même temps et Mercotte les a goûtés à l’aveugle. Elle a sélectionné les deux finalistes et c’est comme ça que j’ai été éliminée. »

Si la jeune albertvilloise a naturellement accusé le coup, elle en ressort grandie : « J’ai vécu une super expérience, c’était génial ! Avec les autres participants, nous avions tous le même âge et nous sommes tous devenus amis. Et puis, j’étais super excitée d’aller sous la tente du tournage de l’émission où j’ai pu pâtisser avec tous ces ustensiles mis à notre disposition. Pendant le tournage, je ne me rendais pas vraiment compte que l’on était en épreuve. Je n’ai pas trouvé cette expérience stressante même si je suis de nature stressée. J’ai eu l’occasion de rencontrer Jeffrey Cagnes, un grand pâtissier parisien.» Pour Tara, le summum serait de travailler un jour à la pâtisserie du palace parisien Meurice aux côtés du pâtissier Cédric Grolet ou d’exercer ses futurs talents à New York.

Un retour dans l’émission?

En effet, il ne faut jamais dire jamais. Tara y a déjà songé. « Dans 10 ans, j’aimerais y retourner pour participer à l’émission du meilleur pâtissier professionnel cette fois-ci. C’est un défi de me dire que je l’ai fait en amateure et que j’y retournerai en professionnelle. A ce stade, c’est un très beau niveau où les pâtisseries ressemblent à des sculptures. J’aimerais pouvoir arriver un jour à atteindre ce niveau.  » Dotée de tous les ingrédients de la réussite, Tara a eu très bel avenir devant elle. Toutes ses recettes sont à découvrir sur sa page Facebook : Launay’s Cake et son compte Instagram : launay.cake_erplmp.