Garde-chasse : « En termes de sécurité, un travail phénoménal a été fait »

Garde-chasse : « En termes de sécurité, un travail phénoménal a été fait »

3 questions a André pottier, garde-chasse sur le territoire de Massongy depuis plus de 15 ans

En quoi consiste votre fonction ?

Les gardes-chasses sont là pour surveiller un territoire, faire respecter les plans de chasse et la sécurité. On veille aussi aux populations d’animaux et aux besoins en termes d’aménagement. On est commissionnés par les associations de chasse communales mais on ne fait pas partie du bureau. On est neutres et bénévoles.

En 15 ans, avez-vous constaté une évolution concernant le partage de la nature ? Pensez-vous qu’il y a encore du travail à faire pour arriver à une cohabitation parfaite ?

Il y a toujours du travail à faire. Certaines personnes ne sont pas bien au courant des règles, mais on est là pour leur expliquer. Je trouve en tout cas que ça se passe de mieux en mieux et personnellement je n’ai jamais connu de problème. En termes de sécurité, il y a un travail phénoménal qui a été fait par la fédération. Et les chasseurs sont aujourd’hui obligés d’apposer des panneaux lorsqu’il y a une chasse en cours.

A quels risques s’exposent un chasseur ou un promeneur qui ne respectent pas les règles ?

Un chasseur peut se faire enlever son permis de chasse et saisir ses armes. On s’occupe de faire remonter les informations auprès des organisations et autorités compétentes. Concernant les promeneurs, on ne peut généralement pas les empêcher de passer ou d’aller en forêt.