Gaillard: le contre-exemple d’une police voisine chez qui tout va bien

Gaillard: le contre-exemple d’une police voisine chez qui tout va bien

«   Franchement, on n’a pas à se plaindre. Ici, on a de bonnes conditions de travail et surtout de vraies relations de confiance avec nos élus qui savent nous écouter et nous laissent la liberté d’agir pour lutter contre les incivilités et la délinquance », explique Jean-Luc Gatein, chef de service de la police municipale gaillardine. Des propos qui tranchent avec ceux entendus chez les collègues de la ville voisine Annemasse où les tensions entre agents de terrain et municipalité sont de plus en plus fortes et visibles.

1 policier pour 1 000 habitants ?

Dans la police municipale, la règle du « 1 pour 1000 » fait l’unanimité et il semble qu’à Gaillard, cette dernière soit respectée. « On est 11 agents dont moi. Notre service est équilibré entre les effectifs du matin et ceux de l’après-midi », ajoute le chef. Alors passons au calcul, il y a 10 policiers et les Gaillardins sont plus de 11000… bingo ! 1 pour 1000. « On tourne à trois ou quatre par équipe et je pense que, pour nous, c’est suffisant pour effectuer nos missions et puis nous ne sommes pas seuls car nous travaillons quotidiennement avec la police nationale ».

Des policiers autonomes

Bien que des rapports soient effectués régulièrement auprès du maire Jean-Paul Bosland, les policiers de Gaillard semblent avoir la confiance de leur hiérarchie et peuvent effectuer leurs missions sans embûche. « Nos missions sont dans un premier temps classiques : surveillance, stationnement, contact avec la population mais aussi des missions plus poussées en lien avec la police nationale. On peut très bien faire du stup et surtout on travaille avec la vidéosurveillance (64 caméras à Gaillard, NDLR) qui nous permet de faire des interpellations plus rapides en flagrant délit ».

De bonnes conditions de travail

« On a des locaux adaptés à nos missions et à nos effectifs. En effet, nous avons la chance d’être installés dans une ancienne gendarmerie et donc dans un lieu déjà conçu pour ce genre d’activité. Cela fait 12 ans que nous sommes ici mais cela nous convient. On a aussi un petit poste de proximité à la maison de service public à Porte de France. Enfin concernant le matériel, aucun problème tant sur l’armement que sur les moyens de se déplacer. Nous avons à notre disposition : deux voitures sérigraphiées, trois motos 650cm3 et trois VTT », conclut le chef de service.

La belle vie en somme…