Publier : la vieille grange détruite il y a un an déjà oubliée?

Publier

Ce mardi 24 septembre à 8 h 30, le défilé des voitures n’en finit plus au centre bourg de Publier. C’est l’heure de pointe. Un véritable ballet s’opère sur le parking qui entoure la boulangerie située en face de la mairie et au bord de la départementale.

Plus pratique

Derrière le magasin, depuis la destruction d’une grange du XIXe siècle qui avait fait bondir les défenseurs du patrimoine local en août 2018 (voir ci-dessous), l’espace de stationnement a doublé sur la place du 8-mai, au cœur du village. Pour les usagers, cet aménagement est pleinement satisfaisant. « Je suis content qu’il y ait plus de places pour se garer et j’apprécie surtout le double sens de circulation. C’est très pratique de pouvoir sortir des deux côtés », explique Sébastien Leforati, avec son pain sous le bras.

Le quadragénaire de Marin ne se souvient même plus « comment c’était avant ». Et il n’est pas le seul à avoir oublié la vieille grange. Ken Price, anglophone résident à Saint-Paul-en-Chablais, a beau « aimer les bâtiments anciens », il « n’y pense plus ». « Dès fois, ils doivent disparaître », lance-t-il avec philosophie. Il ne retient que ce qu’il en reste : « un parking très pratique ».

Najam Chakir garde un souvenir intact de l’ancienne bâtisse. « J’étais pour conserver la grange mais elle n’était plus en bon état, reconnaît la Publiéraine. Ils pourraient peut-être mettre une plaque pour qu’on se souvienne », propose-t-elle. La fleuriste de l’avenue de Savoie, Magali Poulin, regrette aussi sa disparition. « On aurait pu conserver sa structure. Notre patrimoine est important, partage la salariée de l’Atelier vert. C’est vrai que le parking est pratique mais nos clients n’avaient pas de soucis pour se garer devant la boutique. »

« Scandalisée par ce béton »

Régulièrement de passage sur cette route, la Lugrinoise Caroline Lyaudet, se dit « scandalisée par ce béton ». « Cette ville est jolie, cet emplacement aurait pu être réservé à un parc pour les enfants plutôt qu’à un parking, surtout à côté de l’église et de la salle des fêtes. »

Un an après la destruction de la grange qui a tant scandalisé les Chablaisiens, la vieille bâtisse semble ne plus faire le poids face à un parking bien placé.