Chevaux mutilés : la mise en garde de la Gendarmerie

Une dizaine d’enquêtes a été ouverte pour des actes de cruauté sur des chevaux, depuis le début de l’année 2020.
Une dizaine d’enquêtes a été ouverte pour des actes de cruauté sur des chevaux, depuis le début de l’année 2020. - © Thiery Thorel - VDNPQR - Photo d’illustration

L’inquiétant phénomène s’est produit un peu partout en France. Depuis le début 2020, la Gendarmerie nationale a ouvert « plus d’une dizaine d’enquêtes à la suite de dépôts de plainte de propriétaires d’équidés dont les animaux ont été victimes d’actes de cruauté pouvant aller jusqu’à entraîner leur mort. »

Alors que, pour le moment, « aucune hypothèse n’est privilégiée quant aux mobiles ou à l’identité des auteurs », la gendarmerie a formulé et diffusé plusieurs recommandations, « afin de faire avancer les investigations et de mettre un terme à ce phénomène ».

– Effectuez une surveillance quotidienne des chevaux aux prés

– Évitez de laisser un licol quand l’animal est au pré (il sera beaucoup plus difficile de tenir l’animal sans ce matériel)

– Si vous en avez la possibilité, vous pouvez envisager la pose d’une petite caméra de chasse

– Signalez aux unités de gendarmerie en appelant le 17, tout comportement suspect à proximité des pâtures (stationnement de véhicules ou présence inhabituelle d’individus)

– Si vous êtes concernés par les faits décrits, appelez le 17 également. Ne procédez à aucune modification des lieux, portez plainte le plus rapidement possible.

Le portrait-robot d’un suspect a été diffusé par la gendarmerie de l’Yonne, ont indiqué nos confrères de La Voix du Nord.