Chablais : quelles solutions pour sauver le milieu culturel ?

Pierre-Sébastien Burnichon mettait à disposition ce salon du Château de Ripaille pour cette réunion.
Pierre-Sébastien Burnichon mettait à disposition ce salon du Château de Ripaille pour cette réunion.

Mercredi 19 août, les acteurs culturels chablaisiens rencontraient Astrid Baud-Roche, conseillère régionale, pour faire le point sur les aides apportées par la Région, mais aussi pour faire remonter les problématiques auxquelles ils sont confrontés pendant cette année dévastatrice, marquée par la crise sanitaire.

1

« Un coup de massue »

Pour David Baudry, directeur de l’école dramatique thononaise du même nom, ces derniers mois s’apparentent à un véritable « coup de massue » . Pierre-Sébastien Burnichon, directeur de la Fondation Ripaille et hôte de cette réunion, partage ce constat, à une nuance près : « L’absence d’événements culturels a bien montré aux commerçants notre importance pour amener du monde à Thonon. Plus que jamais il faut que cette crise soit l’occasion de faire travailler ensemble commerçants et acteurs culturels, afin de réussir à se relever ». « La culture n’est pas un plus, c’est une force économique à part entière », renchérit Astrid Baud-Roche. Franck Fricker, de Feeling&Sound Production, a lui aussi salué la réactivité de la Région dans son plan d’aides, alors que les Jeudis Electro n’ont pas pu avoir lieu cet été.

2

Des aides à la culture méconnues et peu utilisées

Le Pass’Région est une carte qui s’adresse aux 15-25, que l’on soit lycéen, apprenti, ou inscrit en mission locale. Les avantages sont nombreux  : 5 places de cinéma à 1 euro seulement (la Région prend en charge le reste), une réduction de 30 euros pour des spectacles, 15 euros offerts pour des livres loisirs (mangas, BD, romans, peu importe). « Et seuls 40 % de ces avantages sont bien consommés par nos jeunes ! », s’alarme Astrid Baud-Roche. Philippe Flez, gérant de la librairie Birmann, a une explication  : « Ce sont les parents qui conservent les cartes, alors que les jeunes devraient pouvoir accéder eux-mêmes à la culture. On a besoin d’eux pour faire tourner nos commerces locaux, surtout en ces temps difficiles  ». C’est bien la consommation locale qui doit être privilégiée.

3

L’accès à la culture pour les retraités

C’est dans ce sens qu’un Pass + Senior va être testé à Thonon, à destination de tous les retraités, quel que soit leur âge. Au programme  : 10 euros d’avantages livre dans 275 librairies partenaires, 20 euros de chèque tourisme dans les 21 sites touristiques emblématiques de la région. Un label qu’aimerait obtenir Pierre-Sébastien Burnichon pour le Château de Ripaille.

Fonds régional d’urgence culturel

Doté de 15 millions d’euros au total, ce fonds doit permettre aux acteurs culturels de maintenir la tête hors de l’eau le temps de la crise sanitaire, cette dernière empêchant d’organiser des événements culturels dans de bonnes conditions. « Les bénéficiaires peuvent avoir le droit à une subvention de 5 000 euros, assure Astrid Baud-Roche, mais ils doivent impérativement se manifester auprès de la Région avant le 31 août. Après ce sera trop tard », précise l’élue. En Chablais, ce sont les festivals qui ont été les premiers à se tourner vers cette aide  : Montjoux, Fondus du Macadam, Rock the Piste, etc. « Il ne faut pas oublier qu’annuler un événement est long et que ça coûte de l’argent », rappelle Matthias Rondot, administrateur de Thonon Evénements.