Gabriel Doublet élu président d’Annemasse Agglo

Mercredi 15 juillet, tout nouveau président d’Annemasse Agglo, Gabriel Doublet, maire de Saint-Cergues, attend l’élection de ses 15 vice-présidents.
Mercredi 15 juillet, tout nouveau président d’Annemasse Agglo, Gabriel Doublet, maire de Saint-Cergues, attend l’élection de ses 15 vice-présidents.

Comme prévu, il n’y a pas eu de surprise ni de suspense dans la salle du conseil communautaire avenue Emile-Zola, à Annemasse. Gabriel Doublet a été élu président d’Annemasse Agglo et succède donc à Christian Dupessey.

Carton plein dans les urnes

Seul candidat en lice, l’ancien premier vice-président de l’intercommunalité a fait carton plein dans les urnes. Sur 56 conseillers communautaires, 50 étaient présents pour le vote et 4 avaient donné procuration et Gabriel Doublet a été élu avec 54 voix.

« Nous sommes exotiques dans cette agglomération »

« C’est un grand honneur que vous me faites, mais c’est aussi une lourde charge, et je vais m’efforcer de m’en montrer digne, a-t-il notamment exprimé. Nous sommes exotiques dans cette agglomération, sans doute parce qu’ici, quelque chose nous relie qui fait fi des étiquettes politiques des uns et des autres. Nous avons une culture du consensus, une culture sans doute inspirée par la proximité de nos voisins suisses, qui cherchent plus le bon compromis que la querelle. »

« Nos concitoyens nous ressentent parfois un peu comme ils ressentent l’Europe : un échelon éloigné, technocratique, froid »

Il avait aussi un message pour la population. « Les intercommunalités ont pris beaucoup de poids dans le paysage politique français et notre agglo est très intégrée, plus que d’autres de taille similaire. C’est le fruit de notre volonté de faire mieux ensemble et de structurer ce territoire à la bonne échelle. Cela n’est pas toujours bien vécu par nos concitoyens qui parfois nous ressentent un peu comme ils ressentent l’Europe : un échelon éloigné, technocratique, froid, vertical. À nous de leur prouver le contraire, et de leur montrer que nous sommes aussi la proximité, que nous sommes pourvoyeurs de services fondamentaux à la population, comme l’eau ou l’assainissement, services par lesquels notre intercommunalité est née. »

« Notre interdépendance avec Genève et la Suisse est une richesse mais serait un écueil si… »

Le nouveau président de l’Agglo a également eu un mot sur la crise économique qui découle de la pandémie et qui n’en est qu’à ses prémices : « Il faudra œuvre avec force pour accompagner notre tissu économique, nos commerces pour les aider à traverser cette crise ».

Enfin, celui qui s’est toujours distingué par son engagement transfrontalier sans faille a évoqué le grand Genève, « agglomération dans laquelle nous devons peser, car nous savons bien que les défis d’aujourd’hui et de demain doivent se discuter à cet échelon-là, celui du bassin de vie, celui qui fait sens, aux yeux de nos habitants. Notre interdépendance avec Genève et la Suisse est une richesse mais serait un écueil si nous ne portions pas à bras-le-corps la problématique transfrontalière. »