Haute-Savoie : le maire prend un arrêté pour défendre le chant du coq dans son village

Le maire de Saint-Sylvestre, commune sous le feu des projecteurs fin septembre 2019 pour l’affaire des coqs condamnés à la mettre en veilleuse, a pris position dans le débat via un arrêté municipal.
Le maire de Saint-Sylvestre, commune sous le feu des projecteurs fin septembre 2019 pour l’affaire des coqs condamnés à la mettre en veilleuse, a pris position dans le débat via un arrêté municipal.

L’affaire avait fait grand bruit fin septembre. Un habitant du village de Saint-Sylvestre dans l’Albanais, fils d’agriculteur, avait décidé de contester sa condamnation en justice pour les nuisance de ses coqs, jugés trop bruyants par les voisins.

Le dossier va faire l’objet d’un procès en appel. En attendant, le maire de la commune, Pierre Froelig, s’est lui aussi discrètement positionné dans le débat. Il a signé le 24 septembre 2019, et fait afficher sur le site internet de la commune, un arrêté municipal sur le sujet.

Mode de vie à la campagne

Par ce texte, le premier magistrat grave dans le marbre« le caractère rural de Saint-Sylvestre ». Cet arrêté vise à « préserver les modes de vie et d’existence liés à la vie à la campagne, notamment pour ce qui concerne la présence des animaux de la ferme (animaux de basse-cour, coq, poules, vaches, etc.) », écrit-il.

L’élu local est donc pro-chant du coq dans son village. Plus de 20 000 personnes sont sur la même longueur d’ondes, puisque la pétition de soutien à Daniel Bauquis, l’habitant attaqué en justice, dépasse actuellement les 22 500 signatures sur internet.