INFOS STATIONS

Météo, agenda, webcams... toutes les informations de vos stations à portée de clics

Alpes Du Sud | Auvergne | Haute-Savoie | Isère | Jura | Pyrénées | Savoie | Vosges

Albertville

vendredi 21.01.2011, 14:00

Affaire de la pyramide : après la justice, le Fisc risque de faire des dégâts

Au mois de janvier dernier, l'affaire dite de la bulle éclatait dans les médias, éclaboussant tout le microcosme albertvillois : depuis de longs mois, un "jeu" faisait fureur dans les arrières chambres locales : un passe-temps illégal communément appelé pyramide de Ponzi.


Le principe est simple : pour intégrer le système, il fallait s'acquitter de la somme de 10 000 euros et s'engager à amener deux amis qui en feraient de même. Le but est lui alléchant : grâce à l'argent généré par les suivants, on finissait par toucher un pactole de 80 000 euros. Certains se sont tellement pris au jeu qu'ils ont fait plusieurs tours de manège. Le problème, c'est qu'au bout de quelques mois d'activité, la bulle a fini par faire jaser : on en parlait de plus en plus, dans tous les milieux... et si certains se sont laissés séduire, d'autres se sont interrogés. Les gendarmes en premier qui, dès le mois de novembre 2009, ont initialisé une enquête et mis sur écoute de nombreuses personnes. En début d'année, les investigations se sont accélérées et les gardes à vue ont succédé aux saisies. Et depuis ?
Devant la complexité de l'affaire et le nombre de personnes concernées, le parquet d'Albertville s'est dessaisi au profit de celui de Chambéry.
Le procureur Valensi a confié à deux juges le soin de mener une instruction actuellement toujours en cours. Au demeurant, on sait désormais pour quels motifs les prévenus (sous contrôle judiciaire) sont susceptibles de comparaître : un générique : l'escroquerie et un spécifique : "proposition de collecte ou d'adhésion moyennant une contrepartie, faisant espérer des gains résultant d'une progression géométrique".
Pour le premier chef d'inculpation, les prévenus encourent 5 ans de prison et 375 000 d'amende, pour le second, 1 an, 4 500 E d'amende et le remboursement des sommes indûment perçues : « les personnes concernées, précise également le procureur, ont dû verser de fortes cautions ». De l'ordre de 150 000 euros pour certains, selon nos informations.
Autre conséquence de cette affaire, le volet fiscal : « Des infractions ont été pointées, que j'ai dénoncé à l'administration française du Fisc qui procède ou procédera à des contrôles, indique le magistrat. Il est apparu que certains commerçants ne déclaraient pas tout l'argent perçu dans leur activité et l'investissaient dans cette pyramide ».
L'affaire pourrait être jugée vers mai ou juin.

JOHAN FABIN


Journal La Savoie
lasavoie.fr
Le site de La Savoie